Dans le baquet des Bleus

Le crash de Romain Grosjean en Belgique. (Reuters)

Sevré de pilotes français depuis plusieurs saisons, le championnat du monde de Formule 1 compte en 2012 trois représentants tricolores dans ses rangs, avec les apparitions de Romain Grosjean (Lotus F1 Team), Charles Pic (Marussia F1 Team) et Jean-Éric Vergne (Toro Rosso). Notre rédaction vous propose de revivre les performances respectives de nos ambassadeurs à Spa.

Romain Grosjean

9e sur la grille de départ, non classé à l’arrivée:
Ce devait être le circuit idéal pour la Lotus, au final Romain Grosjean aura vécu à Spa la pire expérience de sa carrière en F1. Modestement qualifié en neuvième position, le protégé d’Eric Boullier s’est illustré bien malgré lui en course. A peine les feux viraient-ils au vert que l’intéressé fermait brusquement la porte à Lewis Hamilton à l’amorce du virage de La Source. Une manœuvre cavalière qui envoyait l’E20 dans les airs pour un atterrissage brutal sur la Ferrari de Fernando Alonso. Sur le coup, la Sauber de Sergio Perez était également touchée, pour un bilan de quatre abandons d’entrée de Grand Prix. Par miracle, et c’est là, le plus important, aucun blessé n’était toutefois à déplorer. Ce qui n’empêchera pas Romain Grosjean d’être logiquement suspendu pour le prochain Grand Prix, ce week-end à Monza.

Ce qu’il en dit:
(dans un communiqué de l’écurie Lotus)
"J’ai mal estimé l’écart. C’est de ma faute et malheureusement, les conséquences sont dures. Quand la course est toute votre vie, ne pas être autorisé à participer à une épreuve est une des pires expériences à vivre. Cela dit, je respecte le verdict des commissaires. Ce problème au premier virage, personne ne veut le voir arriver et par bonheur, personne n’a été blessé. C’est le plus important. Je tiens aussi à présenter mes excuses aux pilotes qui ont été touchés ainsi qu’à leurs fans, sans oublier l’équipe qui a travaillé si dur, comme d’habitude. Personne n’est plus en colère que moi après ce qui s’est produit."

Jean-Éric Vergne

15e sur la grille de départ, 8e à l’arrivée:
Pas récompensé en qualifications, sur un circuit belge à rallonge où la moindre erreur se paye au prix fort en termes de chrono, Jean-Eric Vergne a pourtant réalisé ce week-end l’un de ses Grands Prix les plus aboutis de la saison. 15e sur la grille, le pilote Toro Rosso a gagné pas moins de sept places en course pour couper la ligne d’arrivée dans les points. Crédité de quatre unités sur ce Grand Prix de Belgique – soit autant qu’à Sepang en début de championnat - le Francilien a doublé son capital de points à Spa, et en compte désormais deux fois plus que son coéquipier australien Daniel Ricciardo. Un sursaut bienvenu alors que "JEV" restait sur une série de neuf courses infructueuses.        

Ce qu’il en dit:
(sur son propre site officiel)
"Je suis très heureux de ce résultat. Ça a été une course fantastique ! Je suis arrivé ici avec l’espoir de marquer des points, sur mon circuit préféré, et cela s’est concrétisé. Ma voiture était vraiment efficace et j’ai réussi à réaliser de bons dépassements. J’ai perdu un peu de temps derrière Nico Rosberg, mais je n’ai pas vraiment envie de me plaindre alors que je marque de nouveau des points. J’ai pris du plaisir ce dimanche. Je crois que nous étions sur une piste qui nous convient bien, difficile donc de dire précisément ce qui était meilleur sur la voiture ce week-end. Nous allons analyser tout cela avec précision afin d’être encore plus forts à Monza."

Charles Pic

23e sur la grille de départ, 16e à l’arrivée
Pour sa première à Spa en F1, Charles Pic en a pris plein les yeux ! Et comme chaque week-end, le jeune rookie s’est attelé à enregistrer un maximum d’informations. L’espoir français du team Marussia s’est même offert le luxe de boucler une séance d’essais libres tout en haut de la feuille des temps ; la seconde du vendredi, sous une pluie diluvienne. Une anecdote qui en dit long néanmoins sur le caractère et le potentiel du garçon, lequel se félicite d’avoir rallié l’arrivée pour la neuvième fois cette saison - en 12 Grands Prix. Dommage que sa stratégie osée à un arrêt n’ait pas porté ses fruits. Sans les HRT pour lui boucher l’horizon, le Drômois aurait pu prétendre à meilleur classement. De là à entrer dans les points… Même son expérimenté coéquipier Timo Glock n’y parvient pas !

Ce qu’il en dit:
(dans sa chronique pour Sports.fr)
"Une nouvelle fois, j’ai pu hausser mon niveau de performance en course et la 16e place est une belle récompense. J’ai essayé d’être audacieux avec une stratégie à un seul arrêt qui a presque fonctionné. Comme j’ai réussi de nouveau à voir le drapeau à damiers pour cette première course d’après vacances, le bilan est plus que positif ! Les évolutions continuent d'aller dans le bon sens. Il reste beaucoup de courses et j’ai donc beaucoup d’espoirs. Il faut continuer à progresser à ce rythme avec l’objectif de nous battre avec les Caterham en fin de saison."