Magny-Cours, dossier rendu

 Magny-cours

Le circuit de Magny-cours aspire à organiser de nouveau le Grand Prix de France de F1. (Reuters)

Magny-cours espère toujours organiser le Grand Prix de France de Formule 1 dès 2013. Patrice Joly, le président du Conseil Général, a rendu mardi le dossier de candidature du circuit de la Nièvre, qui espère devancer la concurrence du Castellet.

Le Grand Prix de France pourrait effectuer son retour dans le calendrier de la Formule 1 en 2013. Alors qu’il était déjà acté que le circuit de Magny-Cours accueillerait du 11 au 13 septembre prochain les "rookies tests", séances dédiées à tester des jeunes pilotes, le tracé nivernais serait en passe de retrouver les Alonso, Vettel et autres Hamilton dès l’an prochain. Chassé de la catégorie reine par l’indécrottable Bernie Ecclestone en raison du manque d’accessibilité au circuit, le "hungaroring de la Nièvre" devrait réintégrer le cirque de la F1 si toutes les conditions financières préalables à son organisation sont réunies. Le président du Conseil Général de la Nièvre, Patrice Joly, a d’ores et déjà remis hier le dossier de candidature du circuit à la Fédération française du sport automobile. La volonté du secrétaire fédéral du parti socialiste est claire : devancer la candidature du Castellet longtemps favorite pour la reprise de l’organisation du Grand Prix de France avant le passage de témoin entre Nicolas Sarkozy et François Hollande à la présidence de la république.

 Verdict à la fin du mois

 Pour mettre toutes les chances de leur côté, les organisateurs de Magny-Cours ont misé sur leur expérience, eux qui ont accueilli la F1 en France entre 1991 et 2008. "Le circuit dispose d’une expertise en la matière, affirme Patrice Joly sur le site du Point. Le département de la Nièvre, propriétaire du tracé, va investir cinq millions d’euros dans la modernisation du bâtiment des stands." Et s’ils souhaitent ardemment revenir en F1, les organisateurs de Magny-Cours ont émis le souhait d’alterner le Grand Prix avec un pays étranger une année sur deux. En revanche toute possibilité d’alternance avec le circuit du Castellet a été écartée. "Une telle alternance manquerait de lisibilité pour les partenaires comme pour les spectateurs",renchérit Patrice Joly. La Fédération française du sport automobile, à travers la voix de son président Nicolas Deschaux, rendra sa décision d’ici la fin du mois. En cas de réponse positive, Magny-Cours devra passer l’obstacle de la FIA qui dévoilera une esquisse provisoire du calendrier 2013 lors de son prochain Conseil Mondial le 28 septembre à Paris.