Coup double pour Lorenzo

Jorge Lorenzo a réalisé une belle affaire à Saint-Marin. (Reuters)

Jorge Lorenzo a ajouté une victoire à son tableau de chasse en remportant le Grand Prix de Saint-Marin, ce dimanche. De son côté, Dani Pedrosa a abandonné et perdu des points précieux dans la course au titre.

Toujours placé, jamais gagnant. Tel pourrait être le credo de Dani Pedrosa en MotoGP. Triple champion du monde dans les catégories inférieures, l’Espagnol court toujours derrière son premier sacre dans la catégorie-reine après sept saisons au plus haut-niveau. Deux fois troisième en 2008 et 2009 et deux fois deuxième en 2007 et 2010, le natif de Sabadell, près de Barcelone, pourrait une nouvelle fois voir le titre lui échapper en 2012 au profit de Jorge Lorenzo. Car, s’il n’a peut-être jamais été aussi prêt de réaliser son rêve, le Catalan a perdu une bonne part de ses illusions dimanche lors du Grand Prix de Saint-Marin. La faute à un départ cauchemardesque.   

Contraint de partir en fond de grille, suite à un incident mécanique survenu lors du tour de chauffe, alors que le départ avait été – fait rarissime - retardé une première fois par le Tchèque Karel Abraham, qui avait signalé au moment de l’extinction des feux un problème sur sa moto, le pilote Honda n'a même pas pu boucler le premier tour. Parti à toute allure pour remonter un à un ses concurrents, l'Espagnol a en effet été percuté par l'arrière par son compatriote Hector Barbera. La voie était donc libre pour Jorge Lorenzo, qui, en l'absence de son rival, s’est envolé en tête du championnat du monde. Vainqueur sans difficulté de son sixième Grand Prix de la saison, le champion du monde 2010 compte désormais 38 points d’avance sur son compatriote, à cinq manches de la fin de la saison.

La journée a également été marquée par la performance de Valentino Rossi. Sevré de podium depuis deux ans dans les rangs de Ducati (il n’en a obtenu que deux, sur le Grand Prix de France), l’Italien, qui retrouvera Lorenzo chez Yamaha la saison prochaine, a décroché une très belle deuxième place, suite à un excellent départ (il s’était élancé en 7e position). Très heureux de cette performance à domicile, le Transalpin n’a pas manqué de rendre hommage à son compatriote et ami Marco Simoncelli, décédé il y a un peu moins d’un an lors du Grand Prix de Malaisie. La troisième place est revenue à Alvaro Bautista, qui a devancé Andrea Dovizioso au finish. A noter également, le joli coup réalisé par Randy De Puniet, neuvième sur la ligne et qui est repassé en tête du classement des pilotes CRT, suite à l’abandon d'Aleix Espargaro.       

Marquez et Cortese se régalent

Il y a aussi eu du spectacle ce dimanche sur le circuit de Misano en Moto2. Dans le duel qui l’oppose à Pol Espargaro, Marc Marquez est de nouveau ressorti vainqueur en remportant son septième Grand Prix de la saison, son troisième consécutif.  Si la course a été réduite à 14 tours suite à la casse moteur de Gino Rea, qui a déversée de l’huile sur la route et contraint les organisateurs à sortir le drapeau rouge, elle n’en a été pas été moins spectaculaire avec un dernier tour de folie où les deux Espagnols ont multiplié les dépassements, mais une fois de plus, c’est Marquez qui est sorti vainqueur et compte désormais 53 points d’avance au classement.  Johann Zarco a quant à lui terminé au dixième rang.

A la lutte pour le titre de champion du monde avec Maverick Vinales dans la catégorie Moto3, Sandro Cortese a fait un pas important vers la victoire finale dimanche en remportant le Grand Prix de Saint-Marin. Parti en pole position, le pilote allemand a toutefois dû s’employer pour l’emporter, car la course a longtemps été menée par Romano Fenati. Mais tout s’est joué dans le dernier tour, où Cortese et Luis Salom ont réussi à devancer l’Italien dans les derniers virages. A la bagarre pour la victoire, Vinales a finalement dû se contenter de la cinquième place derrière Alex Rins, auteur d’un dépassement osé. La mauvaise opération est donc pour Vinales qui se retrouve à 46 points de Cortese au classement mondial, à cinq courses de la fin de la saison. A noter que le Français Louis Rossi a été contraint à l’abandon au bout de 20 tours.