Affaire Djokovic : Nouveau sursis pour Djokovic, la cour fédérale tranchera dimanche

Affaire Djokovic : Nouveau sursis pour Djokovic, la cour fédérale tranchera dimanche©Media365

Aurélien CANOT, Media365, publié le vendredi 14 janvier 2022 à 12h04

Après que le visa de Novak Djokovic a été annulé pour la deuxième fois, une audience en urgence en visioconférence a été convoquée ce vendredi en Australie pour décider du sort du numéro 1 mondial. A l'issue de celle-ci, il a été décidé que le Serbe, convoqué samedi matin dans les bureaux de l'immigration et qui sera placé en rétention samedi, ne sera pas exclu tant que la procédure sera encore en cours. Un nouveau sursis pour le champion d'ici à l'audience de dimanche, cette fois devant la cour fédérale.

Nouveau sursis pour Novak Djokovic, qui ne sera pas exclu tant que la procédure ne sera pas terminée. Après que le Serbe avait vu vendredi son visa annulé pour la deuxième fois depuis son arrivée par le ministère de l'immigration australien (une décision soutenu par le premier ministre du pays), une audience en visioconférence avait été convoquée en urgence ce vendredi (en soirée, en Australie) pour décider du sort du tenant du titre du tournoi. L'audience était présidée par ce même juge Anthony Kelly qui avait déjà supervisé les débats après la première annulation du visa de Djokovic, lui permettant ainsi de rester en Australie quand la Tchèque Renata Voracova, dans le même cas que le numéro 1 mondial et un temps hébergée elle aussi dans le centre de rétention de Melbourne, avait déjà regagné, elle, son pays après avoir été expulsée d'Australie. En présence des avocats du champion Nick Wood et Paul Holdenson, par le biais de qui Djokovic avait fait joué son droit de faire appel, et de ceux du ministre de l'immigration Alex Hawke Stephen Lloyd et Christopher Tran, l'un des conseils du joueur a immédiatement demandé à ce que la décision soit annulée, que l'expulsion demandée soit bloquée et le Serbe libéré du centre de rétention, où il avait été placé après son arrivée tumultueuse et ses sept heures passées dans le bureau des services de l'immigration de l'aéroport de Melbourne.


Djokovic a maintenant rendez-vous samedi matin 

Wood a par ailleurs regretté que cette deuxième annulation intervienne aussi tard (après quatre jours de réflexion et alors que le tournoi débutera lundi) et formellement démenti que ce retard pourrait être lié au temps mis à la défense pour fournir les documents demandés. "Le temps est précieux", a insisté l'avocat de Djokovic, avançant une "contre-indication à la vaccination", comme pour tout joueur de haut-niveau, pour répondre aux craintes du ministre de l'immigration d' "exciter un sentiment anti-vax" en cas de participation du joueur au tournoi. Un discours entendu par le gouvernement qui a une nouvelle fois accepté de différer l'expulsion de Djokovic, considéré par Wood comme "un risque négligeable pour les autres", tant que la décision finale ne sera pas prise. L'avocat du ministère de l'immigration a, lui, convoqué en parallèle le champion à se rendre dans les bureaux des services de l'immigration samedi à 8h00, heure de Melbourne, où il pourra être de nouveau accompagné de ses avocats. Le feuilleton n'est donc toujours pas terminé, et le Serbe, qui sera vraisemblablement de nouveau placé en rétention, samedi, est encore virtuellement la tête de série numéro 1 de l'Open d'Australie. Mais peut-être plus pour longtemps, d'autant que la cour fédérale statuera sur son cas dimanche (le dossier a été transféré) lors d'une nouvelle audience, qui sera dirigée cette fois par un nouveau juge d'un nouveau tribunal. Pas forcément une bonne nouvelle pour Novak Djokovic.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.