Mort de Dominici : Une " bouffée délirante " à l'origine du drame ?

Mort de Dominici : Une " bouffée délirante " à l'origine du drame ?©Panoramic, Media365

Emmanuel LANGELLIER : publié le lundi 07 décembre 2020 à 17h58

D'après les résultats des analyses toxicologiques réalisés sur Christophe Dominici, disparu le 24 novembre, l'ancien joueur du Stade Français n'était pas sous l'emprise de drogue ou d'alcool lors de sa mort. Il aurait été pris d'une « bouffée délirante ».



Près de deux semaines après le décès de Christophe Dominici, inhumé en fin de semaine dernière dans le Var après des obsèques à Boulogne-Billancourt, l'incertitude demeure sur les circonstances de la disparition brutale de l'ancien rugbyman. L'ex-joueur international (67 sélections) du RC Toulon et du Stade Français est tombé mortellement de plusieurs mètres de haut près du Domaine de Saint-Cloud. Accident, suicide ? Le doute n'a pu être levé. Et il reste.

Aucune trace de stupéfiants, ni d'alcool, ni de médicaments en dose élevée

Très attendus, les résultats des analyses toxicologiques ont été transmis au parquet de Nanterre. Selon L'Equipe qui en révèle leur teneur lundi, ils écartent l'hypothèse selon laquelle Dominici aurait pu être sous l'emprise de drogue ou d'alcool au moment de sa chute dans le vide. « Aucune trace de stupéfiants, ni d'alcool, ni de médicaments en dose élevée n'a été relevée dans son sang. Des traces de médicaments, mais en concentration peu élevée, ont été retrouvées », explique une source proche de l'enquête au quotidien sportif. Ces traces pourraient être des résidus médicamenteux pouvant correspondre au traitement récemment prescrit à l'ancien ailier qui s'était vu diagnostiquer un « état dépressif ».


« Il se disait notamment poursuivi par des hommes en uniforme et armés »

Pour les enquêteurs du commissariat de Saint-Cloud, Dominici a été pris d'une « bouffée délirante » liée à un manque de sommeil quelque temps auparavant. « Il souffrait de trouble du sommeil. Il se disait notamment poursuivi par des hommes en uniforme et armés, qu'il assimilait à des policiers d'une brigade anticriminalité (BAC) ou des gendarmes de l'unité d'élite du GIGN. Le projet de reprise avorté du club de Béziers l'avait clairement marqué », évoque un proche de l'affaire.

Dominici ne s'est pas servi de son téléphone

Des vérifications sur le téléphone de l'ancien joueur aux cinq Boucliers de Brennus ont également été effectuées par les policiers dans leurs investigations. Il en ressort que Dominici, demi-finaliste de la Coupe du Monde en 1999 et 2003 avec le XV de France, ne s'en est pas servi avant de quitter son domicile le jour de sa mort en fin de matinée, et il n'a envoyé aucun message. « Il les a laissés chez lui, indique la même source. Nous savons aujourd'hui qu'il n'a appelé personne, ni envoyé de message avant de dire à sa compagne qu'il sortait pour acheter des cigarettes et se balader. »

Classement sans suite à venir

« L'enquête ouverte par le parquet de Nanterre a pour principal but de déterminer s'il y a eu intervention d'une tierce personne au moment où la victime a basculé dans le vide. Ce n'est pas le cas. Il n'y aura pas, a priori, de demande d'analyse supplémentaire. Cette enquête pourrait être bouclée d'ici la fin de l'année et la décision du parquet devrait suivre », souligne une source judiciaire. Tout cela pourrait finalement aboutir à un classement sans suite d'ici au début de l'année 2021.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.