Top 14 - Stade Français/Quesada : " Christophe sera dans nos têtes et nos cœurs "

Top 14 - Stade Français/Quesada : " Christophe sera dans nos têtes et nos cœurs "©Media365

Aurélie SACCHELLI, publié le samedi 28 novembre 2020 à 12h03

Touché par les décès de Christophe Dominici et Diego Maradona, Gonzalo Quesada a tout de même dû préparer le choc de dimanche entre Lyon et le Stade Français. Avec un effectif réduit en raison des doublons qu'il juge "ridicules".



Gonzalo Quesada, comment abordez-vous ce déplacement à Lyon dimanche soir ? 
On sort de trois victoires, avec des choses qui nous ont rassurés au niveau du contenu. C'est un beau challenge de montrer qu'on peut répondre présent, faire une performance au niveau du contenu contre Lyon, qui est une grosse équipe. Ils ont récupéré pas mal de blessés. De notre côté, on a beaucoup de joueurs qui nous manquent et l'enchaînement des matchs commence à se faire sentir. J'attends que cette période de doublons s'arrête. Pour la compo d'équipe, on a ce qu'il faut, mais c'est super juste. Au centre, en troisième ligne, on a énormément de joueurs absents. On demande toujours aux mêmes de jouer. On nous a pris Julien Delbouis (en équipe de France, ndlr) comme 25eme pour les Fidji, il n'a pas joué et il s'est blessé avec l'équipe de France, il sera absent pour plusieurs semaines. Pour le remplacer, on nous a pris Jonathan Danty. C'est excellent, je suis ultra-fier, c'est ultra-mérité, mais c'est encore un centre en moins pour nous. Il me tarde que ce truc ridicule de jouer une Autumn Cup en même temps que le Top 14 s'arrête vite.

Cette semaine a été marquée par le décès brutal de Christophe Dominici, ancien joueur majeur du Stade Français. Allez-vous vous servir de ce contexte pour motiver vos joueurs ?
J'ai beaucoup de respect pour Christophe, pour sa famille, pour le joueur et l'homme qu'il était. Jamais de la vie je n'utiliserai sa mémoire pour motiver les joueurs avant un match. Par contre, pendant la semaine, on s'est dit que ce serait bien de le garder dans nos têtes, dans nos cœurs. C'est quelqu'un de très important pour ce club, on le voyait régulièrement nous rendre visite. Il aimait vraiment ce club, il a beaucoup donné pour ce club. Ce club ne serait pas le même sans Christophe Dominici. Il y a quatre, cinq personnalités qui ont fait de ce club ce qu'il est, et je pense que Christophe en fait partie. Il a été présent toute la semaine dans nos cœurs. On essayera de ressembler un peu à lui dans le caractère, dans l'état d'esprit.

Et le lendemain, c'est votre compatriote Diego Maradona qui été décédé, cela vous-a-t-il touché ?
Diego a marqué nos vies. C'est quelqu'un qui, au-delà de son talent indescriptible de footballeur, avait une façon de sentir son maillot argentin, une façon de s'exprimer, qui a inspiré énormément de gens pendant son époque de joueur. Son sens patriotique, nationaliste, a été important car nous, les Argentins, on a tendance à regarder beaucoup ailleurs. C'est toujours plus beau chez les voisins. Diego était quelqu'un qui avait un amour profond pour son pays et pour le maillot argentin. Quand on a eu la chance de porter le maillot des Pumas, cette façon de sentir son maillot avait inspiré tout le monde. On savait que ça allait arriver, mais il y a eu tellement de situations où il aurait pu y passer... On connaissait tous son état de santé. A un moment, tu commences à presque imaginer qu'il a quelque chose qui fera que, même s'il s'est trompé dans sa façon de gérer sa vie après sa carrière, il allait s'en sortir. Quand c'est arrivé, c'était quelque chose de très dur. Les funérailles, je ne sais pas si vous avez vu les images, mais c'est à l'image de notre pays. Ça aurait pu être un truc organisé, avec des gens éduqués, respectueux, mais on a eu un peu de tout, et on n'a pas été à la hauteur de ce qu'il fallait faire. C'est triste mais c'est un peu notre pays. On l'aime beaucoup, mais on pourrait faire bien mieux sur notre civilité.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.