Faut-il s'inquiéter (encore) pour le PSG ?

Faut-il s'inquiéter (encore) pour le PSG ?©Panoramic, Media365
A lire aussi

Thomas Siniecki, Media365 : publié le jeudi 15 septembre 2022 à 16h02

Le Paris Saint-Germain n'a pas été souverain, loin de là, malgré sa victoire mercredi soir sur le terrain du Maccabi Haïfa (1-3) en Ligue des champions. A écouter Christophe Galtier, on a envie de le suivre et de le croire sur ses justifications.



Christophe Galtier a été très didactique à l'issue de la victoire sur le terrain du Maccabi Haïfa, afin d'expliquer pourquoi est revenue la malheureuse sensation d'un Paris Saint-Germain sur courant alternatif. "Ce n'est pas un problème d'investissement, ils ont vite lâché le pressing car ça ne suivait pas derrière, ou ça pressait de façon isolée. Le renoncement est arrivé trop vite en première période, mais in ne s'agissait pas d'un manque d'envie." Le coach du club de la capitale défend donc mordicus ses trois stars, ce qui ne passera peut-être pas de la meilleure des façons en interne par rapport aux autres... Mais en même temps, lorsqu'on voit le résultat et les trois buts de la "MNM" pour aller chercher la victoire (1-3), il est difficile de lui donner complètement tort.

Galtier : "Evidemment qu'il y a eu du renoncement..."

Si on a retrouvé un PSG plus conséquent en seconde période, c'est parce que Christophe Galtier et ses joueurs ont justement pris le temps de recadrer les choses ensemble au niveau tactique : "Quand on a commencé à être coupés en deux, évidemment il y a eu du renoncement avec beaucoup de courses à faire vers l'arrière.. Ces joueurs ont tellement de talent qu'ils veulent vite être très haut." Au final, Lionel Messi a aussi délivré une passe décisive en plus de son but, alors que Kylian Mbappé avait déjà été également impliqué sur l'égalisation de son coéquipier argentin avant la pause.

Danilo évoque lui aussi "un début de match trop mou" (pour L'Equipe) : "On a manqué de mouvement à la sortie du ballon. Physiquement, c'est difficile aussi, car on joue tous les trois jours." Une dernière excuse qui, bien sûr, ne peut pas tenir. On est plus convaincus, en revanche, par ces mises au point tactiques de Christophe Galtier qui peuvent affirmer l'idée d'un changement positif dans le projet, avec plus de transparence aussi pour expliquer ce qu'il s'est passé. Car tout ne pouvait continuer de se passer comme par enchantement dans le meilleur des mondes. Il faudra donc surtout s'escrimer à faire en sorte que ça ne se reproduise plus.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.