L1 (J10) : Match nul et fou entre Lens et Reims

L1 (J10) : Match nul et fou entre Lens et Reims©Media365
A lire aussi

Vincent DEGREMONT, publié le dimanche 08 novembre 2020 à 16h57

En Ligue 1, le match de l'année a peut-être eu lieu ce dimanche. Pour le compte de la 10eme journée du championnat de France, Lens et Reims ont proposé un spectacle incroyable qui a débouché sur un match nul : 4-4. Florian Sotoca a notamment marqué un doublé dans le temps additionnel.

Entre des Lensois qui n'avaient plus joué depuis le 18 octobre et des Rémois qui restaient sur deux victoires consécutives, les pronostics penchaient en faveur des visiteurs.

Un premier acte maîtrisé par les Lensois...

Mais ce sont les Sang et Or qui ont voulu prendre le jeu à leur compte dès l'entame. Positionnés en 3-4-1-2 pour occuper toutes les zones stratégiques, les hommes de Franck Haise se sont installés dans le camp des visiteurs, avec leur défense à trois montée sur la ligne médiane. Très prolixe en centres, le piston droit Jonathan Clauss a allumé le premier pétard à la 15eme minute, éliminant Mathieu Cafaro, puis trouvant le trou entre Valon Berisha et Marshall Munetsi pour tester Pedrag Rajkovic de l'entrée de la surface. Si, dans la foulée, Simon Banza a vu un corner traverser une forêt de jambes puis lui rebondir dessus, obligeant le portier serbe à une parade réflexe, l'attaquant artésien s'est montré plus pragmatique à la 21eme. Sur un nouveau coup de pied de coin, botté sortant par Tony Mauricio, le n°23 du RCL a profité de l'erreur d'appréciation de Kaj Sierhuis, parti au duel contre Munetsi, pour s'appliquer d'une tête à rebond et ouvrir le score ! Menés, les visiteurs ne sont pas parvenus à répliquer, la faute à une animation déficiente au milieu de terrain. Il leur a fallu un coup de pouce, et une déviation de l'arrière du crâne de Loïc Badé sur un centre de Nathanaël Mbuku, pour obliger Jean-Louis Leca à chasser la balle de sa lucarne juste avant la pause.

... puis un second complètement décousu !

Dès le retour des vestiaires, une autre tête dans le mauvais sens - celle de Facundo Medina - a permis à Cafaro d'entrer dans la surface, et de fouetter un tir violent du droit qui passait entre Leca et le premier poteau. Les visiteurs avaient trouvé la bonne carburation, et espéraient que leurs hôtes allaient manquer de rythme. A la 54eme, Berisha a allongé le jeu droit devant vers Boulaye Dia, qui a profité de la lenteur de Fortes et Badé pour pouvoir se présenter face à Leca. En angle fermé, le meilleur buteur champenois croisait un ballon vicieux au sol que le portier ne parvenait qu'à freiner d'une main manquant de fermeté ! Dos au mur, pour la première fois de la partie, les Lensois voulaient égaliser rapidement. A la 63eme, près du poteau de corner, Gaël Kakuta a rendu Thomas Foket chèvre, avant de lancer Clauss. Entré dans la surface, le latéral s'est appliqué pour servir Medina au point de penalty. Mais la frappe de l'Argentin n'a fait que lécher le haut de la transversale ! A la 77eme, Foket a été malgré lui plus efficace, quand Arnaud Kalimuendo a débordé côté gauche et centré au cordeau. Pourtant esseulé, le latéral rémois a repris du genou dans sa propre cage ! Mais deux minutes plus tard, Medina lui a rendu la pareille, en contrant un centre de Dia, alors que Leca s'était déjà avancé. Dans la foulée, Dia a inscrit son doublé en funambule, effaçant Badé, Medina puis le portier artésien pour marquer sa huitième réalisation de la saison. La messe semblait dite ? C'était compter sans Florian Sotoca, qui a réduit le score à la 90eme, en coupant d'une tête piquée un centre de Clauss au second poteau, avant de bisser quelques instants plus tard à l'angle des 5,50m, en passant devant Yunis Abdelhamid pour lober Rajkovic d'une seconde tête, somptueuse... et chanceuse. Ce n'était pas tout ! Il restait une vingtaine de secondes, lorsque l'intenable Sotoca a levé la main, après un contact avec le capitaine champenois dans la surface. M.Léonard a d'abord indiqué le petit rond blanc, puis écouté le VAR avant d'aller regarder les images. Au ralenti, la sentence paraissait cruelle, et l'arbitre a sagement décidé d'en rester-là. Le spectacle s'est terminé sans fausse note !

Vos réactions doivent respecter nos CGU.