Rennes : Génésio compare les formateurs aux "professeurs" ou aux "policiers"

Rennes : Génésio compare les formateurs aux "professeurs" ou aux "policiers"©Panoramic, Media365
A lire aussi

Thomas Siniecki, Media365 : publié le jeudi 28 avril 2022 à 19h04

Le choc de la violence d'un père envers le directeur du centre de formation, ce week-end à Rennes, amène aussi l'entraîneur de l'équipe première à réagir afin de soutenir son collègue et l'institution. Bruno Génésio, fataliste, déplore la situation.



Bruno Génésio est revenu sur l'affaire qui ébranle le Stade Rennais, à savoir l'agression du directeur du centre de formation par le père d'un jeune espoir, Noah Françoise : "Condamner, c'est la moindre des choses, c'est aussi inadmissible. Peu importe les désaccords, chacun a un avis dans le football, mais c'est inadmissible d'en arriver là. C'est malheureusement le reflet de la vie, le football est parfois en avance sur la société..." Le coach breton étend le parallèle : "C'est comme pour les professeurs ou les policiers, ça devient de plus en plus difficile. Dans le football, quand on vient entraîner des enfants ou former des joueurs, ou même entraîner des pros, ce n'est pas pour se faire molester au bord du terrain parce qu'une décision n'est pas comprise ou qu'on n'est pas d'accord. Il y a d'autres moyens que la violence ou l'intolérance pour régler ça."

"Le problème, ce sont les gens autour"

Le club avait décidé de suspendre ses entraînements jusqu'à jeudi, en réaction à ce malheureux épisode. Génésio en profite aussi pour insister sur le fait que le joueur lui-même s'est désolidarisé de son père : "On n'a aucun problème, ni avec lui ni avec personne. C'est le premier pénalisé, il n'y est pour rien et s'est toujours très bien comporté quand il est venu s'entraîner avec nous. Son comportement a toujours été exemplaire, comme celui de tous les jeunes. Le problème, parfois, ce sont vraiment les gens autour... Heureusement, ce n'est pas le cas de tous."


Quant au sujet plus sportif de la fin de saison, l'ancien entraîneur de l'OL peste contre le calendrier et le décalage de Nantes - Rennes au mercredi 11 mai, à cause de la participation des Canaris à la finale de Coupe de France : "On fait les deux dernières journées à la même heure et le même jour, pour l'équité. Mais là, on ne se pose pas la question, pas de problème s'il y a quatre équipes qui jouent le mercredi puis le samedi... C'est incohérent."

Vos réactions doivent respecter nos CGU.