Coupe de France : La joie d'Amghar, l'entraîneur de Rumilly-Vallières

Coupe de France : La joie d'Amghar, l'entraîneur de Rumilly-Vallières©Media365

Guillaume MARION, Media365 : publié le mercredi 21 avril 2021 à 09h45

Après un nouvel exploit en Coupe de France mardi contre Toulouse (2-0), Fatsah Amghar et Mathieu Guillaud, l'entraîneur et le premier buteur de Rumilly-Vallières, étaient logiquement très heureux de leur performance.



Le conte de fées n'est pas terminé pour Rumilly-Vallières. Victorieux mardi de Toulouse en quart de finale de la Coupe de France, le club pensionnaire de National 2 sera donc dans le dernier carré, avec Montpellier, le PSG ou Angers et Lyon ou Monaco. Forcément, les Haut-Savoyards ont laissé éclater leur joie au coup de sifflet final. « Je n'ai pas beaucoup de mots, je ne réalise pas encore. Aller en demi-finales de la Coupe de France, je ne l'aurais jamais imaginé et je n'y crois toujours pas. C'est une réelle fierté et il y a une émotion indescriptible. J'ai éprouvé de la joie mais pas d'explosion. Dans les prochains jours, c'est là que nous réaliserons. Un club amateur en demi-finales parmi tous ces grands clubs, c'est incroyable. (...) Nous sommes à 90 minutes du Stade de France. Nous verrons le tirage. On espère aussi tirer un gros morceau, ce que nous souhaitions depuis deux tours. On s'en rapproche, forcément », a notamment confié Fatsah Amghar, l'entraîneur du GFA74.

« La Coupe de France, c'est indescriptible »

« C'est incroyable. Je ne sais pas ce qu'il se passe dans les têtes. On se dit que l'on va y arriver mais on ne sait pas si c'est vraiment possible. Et à l'arrivée, si. Sur le premier but, nous avions observé qu'ils avaient un peu des manques au deuxième poteau. Nous avons joué dans cette zone, j'étais au bon endroit au bon moment. Nous avons fêté la qualification autant que les autres fois. Nous ne pouvons pas faire beaucoup plus. Nous sommes en demi-finales, il ne reste que quatre clubs en France, a pour sa part expliqué Mathieu Guillaud, buteur mardi, dans des propos recueillis par l'AFP. (...) On ne réalise pas complètement. J'ai joué beaucoup de matchs depuis que je suis tout petit mais la Coupe de France, c'est indescriptible même s'il n'y a pas de public. Il se passe toujours des trucs complètement fous. L'exploit est encore plus grand vu le stade de l'épreuve où nous nous trouvons. Après il n'y a pas la même communion avec les gens et les supporters. Il n'y a pas ce partage même si on pense à eux. Sur la joie que l'on éprouve, cela pourrait être mieux. »

Vos réactions doivent respecter nos CGU.