Nantes

Nantes : Kombouaré n'est pas " en opération commando "

Nantes : Kombouaré n'est pas " en opération commando "©Media365

, publié le 23 février

Interviewé par Ouest France, Antoine Kombouaré, l'entraîneur du FC Nantes, est revenu sur la situation du club et sur l'opération « maintien. »

Arrivé il y a deux semaines pour remplacer Raymond Domenech, Antoine Kombouaré réalise de bons débuts, accompagnés de déclarations les plus surprenantes les unes que les autres. Dans les colonnes de Ouest France, il a affirmé qu'il allait « tout faire » pour que le club nantais reste en Ligue 1. Il ajoute même qu'il est « en opération maintien, pas en opération commando. » Et justement, pour cette opération « maintien », le coach veut s'entourer des meilleurs et des plus motivés.

C'est pourquoi, il a décidé d'exclure trois joueurs de son effectif, pas assez biens pour lui. D'après les informations de Ouest France, il s'agirait de l'ancien attaquant du PSG Jean-Kévin Augustin, du défenseur Thomas Basila, et de l'attaquant Bridge Ndilu. Tous les trois vont finir cette saison 2020-21 avec l'équipe réserve du FC Nantes, en Nationale 2. Un gros coup dur, notamment pour Jean-Kévin Augustin qui espérait se relancer après son passage à Monaco et à Leeds.


La délicate situation du FC Nantes

Les Canaris vivent une saison particulière. Kombouaré est leur 3eme entraîneur depuis la première journée, alor que le passage de Raymond Domenech a été un vrai échec. De plus, les supporters sont en guerre avec Waldemar Kita, le président. En bref, il n'y pas grand chose de positif. Néanmoins, Antoine Kombouaré a voulu tenter l'expérience : « Dans ma tête, je m'étais préparé à repartir au mois de juin sur un nouveau projet puisque j'avais deux propositions en France et une à l'étranger. J'avais même à dit à certains que j'étais partant. Je ne me voyais pas sur une mission comme celle-ci. Et puis, il y a cet appel de Nantes... Je n'ai pas dormi dans la nuit de mardi (du 9 au 10 février) et, le matin, j'avais décidé d'y aller. »

Malgré tout, le Néo-Calédonien avoue ne pas vouloir rester si Nantes venait à être relégué en Ligue 2. Un risque dont le club est conscient puisqu'il est actuellement à la 17eme place du classement. Pour l'entraîneur, il est « hors de question » de continuer l'aventure nantaise en cas de relégation, « parce que quand vous avez une mission à remplir, si ça ne marche pas, c'est un échec. Il ne faut pas rester », explique-t-il. Kita se retrouverait donc à devoir chercher un énième entraineur. En attendant, il reste 12 journées aux Canaris pour se relancer et garder leur place en Ligue 1.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.