FIFA : Platini et Blatter devant la justice

FIFA : Platini et Blatter devant la justice©Panoramic, Media365
A lire aussi

Paul Rouget, Media365 : publié le mercredi 08 juin 2022 à 09h53

Michel Platini et Sepp Blatter comparaissent pour « escroquerie » à partir de mercredi devant un tribunal suisse. Une affaire sur un paiement suspect de presque deux millions d'euros.



Ils sont mis en accusation pour « escroquerie », « gestion déloyale », « abus de confiance » et « faux dans les titres ». Le procès de Michel Platini, ancien président de l'UEFA, et de Sepp Blatter, ex-patron de la FIFA, s'ouvre mercredi devant le Tribunal pénal fédéral de Bellinzone, en Suisse. Il se déroulera intégralement en allemand, et doit durer jusqu'au 22 juin. En cause, principalement, un paiement de 2 millions de francs suisses (ce qui équivaut aujourd'hui à plus de 1,9 million d'euros) de la FIFA à Platini en 2011. Conseiller de Blatter entre 1998 et 2002, l'ancien numéro 10 des Bleus devait, selon un contrat signé en 1999, être rémunéré 300 000 francs suisses par an pour son rôle. Et neuf années après, il avait réclamé une créance de 2 millions de francs suisses, qui avait été réglée par la FIFA grâce à Blatter, selon le Ministère public de la Confédération suisse (MPC).

L'ombre d'Infantino

Un MPC dont les preuves recueillies "ont renforcé le soupçon que ce paiement à Platini a été effectué sans fondement. Ce paiement a porté atteinte au patrimoine de la FIFA et procuré à M. Platini un enrichissement illégitime", pouvait-on lire dans l'acte d'accusation déposé en novembre dernier. L'ombre de Gianni Infantino planera également sur ce procès. L'ancien secrétaire général de l'UEFA, aujourd'hui à la tête de la FIFA, est pointé du doigt par les deux accusés, en particulièrement en ce qui concerne le déclenchement de cette enquête. Platini a d'ailleurs porté plainte à Paris contre son ancien bras droit, pour « trafic d'influence actif ». Les deux hommes risquent jusqu'à cinq ans de prison. "L'épisode judiciaire, vous verrez qu'à l'arrivée, c'est moi qui vais gagner", assurait « Platoche » sur RMC en mars.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.