FIFA : Platini et Blatter jugés en juin pour escroquerie

FIFA : Platini et Blatter jugés en juin pour escroquerie©Panoramic, Media365
A lire aussi

Axel Allag, Media365, publié le mardi 12 avril 2022 à 17h04

Ce mardi, le Tribunal pénal fédéral a annoncé que Michel Platini, l'ex-président de l'UEFA, et Sepp Blatter, l'ancien président de la FIFA, seraient jugés du 8 au 22 juin pour escroquerie en Suisse.


Michel Platini et Sepp Blatter connaissent la date de leur procès. L'ancien président de l'UEFA et l'ex-président de la FIFA seront jugés du 8 au 22 juin en Suisse pour escroquerie dans l'affaire de paiement suspect qui les a mis depuis 2015 au ban du football mondial. C'est ce qu'a annoncé le Tribunal pénal fédéral, ce mardi, comme le rapporte l'AFP. Les deux anciens dirigeants, aussi poursuivis pour gestion déloyale, abus de confiance et faux dans les titres, sont soupçonnés d'avoir "obtenu illégalement, au détriment de la Fifa, un paiement de 2 millions de francs suisses" (1,8 million d'euros) "en faveur de Michel Platini", précise l'AFP, d'après la juridiction basée à Bellinzone.

L'escroquerie passible de cinq ans de prison

Platini a exercé un rôle de conseiller auprès de Sepp Blatter entre 1998 et 2002, lors de son premier mandat à la Fifa, selon un contrat écrit signé en 1999 et convenant d'une rémunération annuelle de 300 000 francs suisses,"facturée par M.Platini et intégralement payée par la Fifa", rappelait le parquet fédéral helvétique, le 2 novembre dernier. En 2011, le triple Ballon d'Or a "a fait valoir une créance de 2 millions de francs suisses", acquittée par l'instance du football "avec le concours" de Sepp Blatter, et jugée "sans fondement" par l'accusation.

Les deux hommes ne cessent de clamer leur innocence depuis l'entame de cette enquête. Ils évoquent un accord oral autour d'un salaire annuel d'un million de francs suisses pour ce travail de conseiller, sans que les finances de la FIFA n'en permettent à l'époque le règlement à Michel Platini. L'escroquerie simple, elle, est passible de cinq ans de prison.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.