Une couronne lourde à porter ?

Réné Girard et ses hommes doivent réagir face à Marseille. (Reuters)

Réné Girard et ses hommes doivent réagir face à Marseille. (Reuters)

Avec un point pris en deux rencontres (1-1 contre Toulouse, 1-2 à Lorient), Montpellier a raté son entame de championnat. S'il n'y a pas péril en la demeure héraultaise, le président Louis Nicollin, mécontent de ses troupes, a tapé du poing sur la table pour amorcer le réveil. Une réaction du champion de France est en effet attendue, dimanche contre Marseille, lors de la 3e journée.

Il y a plusieurs lectures possibles du début de saison montpelliérain. La première serait de voir qu'avec un petit point pris en deux rencontres -face à Toulouse lors de l'ouverture de l'exercice (1-1)-, le MHSC a manqué ses devoirs de champion de France. La seconde, plus statistique, montre que le club héraultais n'est pas en retard sur son tableau de marche puisqu'il avait concédé les deux mêmes résultats contre le TFC et Lorient (1-2), la saison du titre. Cela n'empêche pas une certaine morosité dans le vestiaire, née de la façon dont les hommes de René Girard ont laissé échappé les trois points de la victoire dans le Morbihan. "Un match, c’est 95 minutes, voire plus", regrettait Daniel Congré, qui n'a toujours pas accepté les deux buts lorientais dans le temps additionnel.

Mais s'il est un qui n'a pas goûté, mais alors pas du tout, à cette entame de championnat ratée, c'est bien le président Louis Nicollin. Après avoir déjà tapé une première fois du poing sur la table (le 10 août dernier), le truculent "Loulou" a de nouveau rappelé ses troupes à l'ordre, avant le match contre Marseille, dimanche. Avec ses mots à lui. "C’est cet état d’esprit qui n’est pas bon. À la Paillade, on n’avait pas cet état d’esprit. C’est scandaleux. Y en a quelques-uns en ce moment qui me gonflent sérieusement, a-t-il lâché sur BeIn Sport avant d’insister. J’ai toujours aimé mes joueurs, mon équipe, et là je reconnais que je les aime moins", pointant du doigt toutes les dérives (demandes de prime, de réévaluations de salaire,...) qu'a entraînées l'après-sacre.

Après son parcours exceptionnel de l'an dernier, Montpellier se sait très attendu. L'effet de surprise n'existe plus et les Languedociens doivent apprendre à vivre avec leur nouveau statut. Une situation pas évidente à gérer pour un groupe jeune, dépourvu de son meilleur joueur, Olivier Giroud parti à Arsenal, et diminué par les absences de plusieurs joueurs cadres (Belhanda, Bocaly, Estrada, Saihi). Et la Ligue des champions, vecteur d'une grosse dépense d'énergie, n'a pas encore démarré. L'état d'urgence n'est pas décrété mais les coéquipiers de Mapou Yanga-Mbiwa doivent prendre des points rapidement avant de jouer sur les deux tableaux. Une victoire contre Marseille, dimanche, serait ainsi la bienvenue. "C’est là qu’on va voir si on est solidaires comme l’année dernière", rappelle Cyril Jeunechamp en bon taulier.

Retrouvez tous les matches de Ligue 1 en direct vidéo sur votre mobile !

Pariez sur le football avec PMU.fr, jusqu'à 170€ offerts !

Le Sport sur votre mobile
en images
Campeão ! Reds dingues de lui Une Coupe, et champagne ! Sacré Paul Elles sont arrivées
à lire aussi