Pro A, ce qui va changer

La Pro A change d'ère. (Maxppp)

La Pro A change d'ère. (Maxppp)

A quelques jours du début de la nouvelle saison de Pro A, vendredi soir avec le duel entre Orléans et Cholet, notre rédaction revient sur les principales réformes mises en place par la ligue nationale de basket-ball pour redynamiser le championnat. La principale nouveauté est la suppression de la finale à Bercy.

La finale au meilleur des cinq matches
A partir de cette saison, les clubs finalistes de Pro A n’auront plus rendez-vous à Bercy, comme c’était le cas depuis 2005. Ils ne pourront donc plus se plaindre de tout jouer sur un match sec, ni du nombre de places réservées à leurs supporters. La ligue nationale de basket-ball (LNB) a effectivement décidé de passer à un format au meilleur des cinq manches, en 2-2-1. Les deux premières rencontres se dérouleront dans la salle de l’équipe la mieux classée à l’issue de la saison régulière, les deux suivantes chez la moins bien classée. L’éventuel cinquième acte se jouera à nouveau sur le parquet de la formation la mieux classée.

Des wild-cards pour les clubs de Pro A ?
Pour que la Pro A passe de seize à dix-huit clubs en 2013-2014, la ligue a décidé de mettre en place un système de wild-cards, des invitations qui seront données à des clubs répondant à plusieurs critères autres que sportifs, notamment au niveau des infrastructures et du budget. Une première en France. Ce projet concernera tous les clubs de Pro A, Pro B et NM1. En clair, une formation de l’élite qui serait reléguée à l’issue de l’exercice 2012-2013 et aurait déposé un dossier pourrait rester en Pro A et une équipe de NM1 promue en Pro B pourrait directement monter en première division. Toutes les candidatures seront examinées par une commission d’experts en cours de saison. 

La Semaine des As à Disneyland Paris
La Semaine des As, c’est fini. La ligue et Disneyland Paris ont passé un accord en mai dernier pour que la compétition, rebaptisée Leaders Cup, ait lieu dans l’enceinte du célèbre parc d’attractions de la banlieue parisienne. Un partenariat qui porte sur les cinq prochaines années. Le principe sera le même qu’aux As, les huit équipes du haut de tableau à mi-saison seront qualifiées pour cet événement "très spectaculaire et festif", promet Richard Dacoury, président de la commission du développement et du marketing de la LNB. A la clé, il y aura bien sûr un titre, mais aussi une dotation de 100.000 euros dont la répartition n’était, aux dernières nouvelles, pas décidée.

Des maillots tous nouveaux, tous beaux…
Poitiers l’avait expérimenté la saison passée, et tous les clubs s’y sont mis depuis: pour gagner en clarté, les noms de villes apparaîtront désormais sur les maillots que porteront les joueurs sur le terrain, résultat d’une nouvelle charte adoptée par la ligue. "On a décidé de travailler sur la professionnalisation du basket dans tous les domaines, ça commence par les salles mais aussi par les maillots, explique Alain Béral, le président de la LNB. On a voulu faire en sorte que les maillots soient plus beaux, pour qu'on puisse les vendre comme dans les autres sports, et c'est une petite révolution esthétique. Les sponsors sont évidemment ravis."