Open d'Australie : Une militante interrompt la finale

Open d'Australie : Une militante interrompt la finale©Panoramic, Media365

Thomas Siniecki, Media365 : publié le dimanche 30 janvier 2022 à 12h47

Alors que la deuxième manche de la finale de l'Open d'Australie, dimanche à Melbourne, penchait encore en faveur de Rafael Nadal, une spectatrice portant une banderole a réussi à pénétrer sur le court de la Rod Laver Arena.



Une spectatrice a fait irruption sur le court dimanche, à un moment extrêmement tendu de la finale de l'Open d'Australie entre Rafael Nadal et Daniil Medvedev, alors que le Russe avait une balle de débreak dans la deuxième manche à 5-3 en faveur de l'Espagnol (mené un set à zéro). Cette femme portait une banderole demandant l'abolition de la détention des réfugiés. Le sujet avait refait surface au moment de l'imbroglio concernant Novak Djokovic, détenu à l'aéroport de Melbourne avant d'être autorisé à s'entraîner puis d'être finalement expulsé d'Australie, à cause de son statut vaccinal non conforme. Certains de ces réfugiés sont en effet enfermés depuis plusieurs années à l'hôtel, et s'étaient montrés aux fenêtres au moment des manifestations de soutien au n°1 mondial.

D'après The Age, 32 de ces réfugiés sont notamment situés dans le Park Hotel, l'établissement en question à Melbourne. "Tout le monde nous parle du traitement infligé à Novak Djokovic, ce qu'on lui donne comme nourriture, mais nous, ça fait neuf ans qu'on en parle et personne n'écoute", protestait Jamal, un de ces réfugiés. "Même dans un centre de détention, les gens ont de l'air frais et une chance de marcher dans les couloirs", prévenait Paul Power, qui coordonne le soutien aux réfugiés en Australie. "C'est incroyable que ça dure depuis si longtemps, alors qu'une telle détention administrative est censée être provisoire." Le temps moyen d'une telle détention est de 48 jours aux Etats-Unis, 24 jours au Canada, ou moins de six mois dans 90% des cas au Royaume-Uni, contre deux ans en Australie.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.