Paris 2024 : Avec quels tennismen français aux Jeux ?

A lire aussi

Paul Rouget, Media365 : publié le mardi 23 avril 2024 à 12h08

A moins de 100 jours des Jeux Olympiques de Paris, Ugo Humbert, Adrian Mannarino, Gaël Monfils et Arthur Fils sont bien partis pour y représenter la France.

A un peu plus de trois mois du début du tournoi de tennis des Jeux Olympiques de Paris, programmé du 27 juillet au 4 août à Roland-Garros, quatre tennismen tricolores semblent bien partis pour représenter la France cet été. Au classement de la race olympique, qui prend en compte les résultats obtenus depuis les précédents Internationaux de France jusqu'à la fin de l'édition 2024 du Majeur parisien, un classement dominé par Jannik Sinner devant Novak Djokovic, Carlos Alcaraz, Daniil Mevdevev et Alexander Zverev, Ugo Humbert est le premier Français. Le Messin occupe la 15e place avec 2195 points, alors qu'Adrian Mannarino pointe au 18e rang (1845 points), et que Gaël Monfils (31e, 1100 points) et Arthur Fils (40e, 972 points) complètent ce quatuor de virtuels qualifiés, à 95 jours du coup d'envoi du tournoi des JO, qui réunira 64 joueurs.

Cazaux, un premier poursuivant blessé

Arthur Cazaux (62e, 725 points) est le mieux placé pour bousculer la hiérarchie. Sauf que le Montpelliérain a été victime d'une rupture d'un ligament de la cheville droite à Barcelone. Et s'il compte bien défendre ses chances à Roland-Garros, il lui sera difficile d'aller chercher les points suffisants pour les Jeux. "Avec tous mes forfaits, mes chances sont devenues très, très faibles", reconnaît-il dans un entretien à L'Equipe. Derrière lui, Arthur Rinderknech (71e, 674 points), Constant Lestienne (80e, 623 points), Corentin Moutet (82e, 615 points), Hugo Gaston (87e, 597 points) voire même Luca Van Assche (95e, 548 points) auraient besoin de plusieurs improbables miracles, notamment lors des prochains Masters 1000 (Madrid et Rome) ainsi qu'à Roland, pour espérer en être. A moins que Mannarino ne décline la sélection, lui qui n'a jamais caché son peu d'attrait pour la surface ocre, et se définit même comme "une chèvre sur terre battue", qui n'a "aucune chance d'aller chercher une médaille" cet été à Paris.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.