Top 14 - Stade Français : Maestri raccroche

Top 14 - Stade Français : Maestri raccroche©panoramic, Media365
A lire aussi

Aurélie SACCHELLI, Media365, publié le mercredi 01 juin 2022 à 10h12

Dans une interview accordée à L'Equipe, le deuxième ligne du Stade Français Yoann Maestri annonce que le match de dimanche contre Brive sera le dernier de sa carrière, à 34 ans.


C'est une page du rugby français qui va se tourner dimanche soir. A l'occasion de la 26eme et dernière journée de la saison régulière de Top 14, Yoann Maestri va disputer le tout dernier match de sa carrière, avec le Stade Français contre Brive. Le club parisien n'a plus rien à craindre ni à espérer de cette saison, et le deuxième ligne de 34 ans annonce ce mercredi dans les colonnes de L'Equipe qu'il prend sa retraite. "Il restera peut-être une possibilité si une offre arrive du Japon. Mais c'est tout. Dans ma tête, tout est clair. Je ne chercherai pas à faire la saison de trop », confie-t-il.  Professionnel depuis 2007, le Varois a débuté sa carrière à Toulon, où il a joué deux saisons (44 matchs), avant de rejoindre le Stade Toulousain (213 matchs, 7 essais) de 2009 à 2018, et donc le Stade Français (66 matchs à ce jour, 1 essai) pour quatre saisons. Vainqueur d'un titre de champion de France de Pro D2, de deux titres de champion de France de Top 14 et d'une Champions Cup, Yoann Maestri n'a pas de regrets au moment de dire stop. « Je suis totalement épanoui. J'ai gagné des titres, rencontré des gens formidables, vécu des moments incroyables. Je suis un privilégié. Il y a eu des moments difficiles, des peines, des échecs, mais c'est important de les avoir vécus et ils me serviront par la suite. »

65 sélections en Bleu, mais pas de trophée

Des moments difficiles, il y en a eu notamment en équipe de France. Yoann Maestri a porté le maillot bleu à 65 reprises (1 essai) entre 2012 et 2018, pas forcément la meilleure période du XV de France, qui n'a jamais fait mieux que troisième du Tournoi des 6 Nations, et a été écrasée en quarts de finale du Mondial 2015 par la Nouvelle-Zélande. Mais rien ne lui enlèvera « ces moments où tu entres sur la pelouse, tu es prêt au combat, à tout sacrifier, cette énergie qui te transcende quand tu foules la pelouse du Millenium, de Twickenham, du Stade de France. » La suite désormais ? La gestion de son agence de création avec son frère à Paris et, pourquoi pas, entraîner des jeunes. Nul doute qu'il aura une immense expérience à leur faire partager.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.