Top 14 - Bordeaux-Bègles/Jalibert : " Je n'ai jamais demandé la tête de Christophe "

Top 14 - Bordeaux-Bègles/Jalibert : " Je n'ai jamais demandé la tête de Christophe "©panoramic, Media365

Aurélie SACCHELLI, Media365, publié le vendredi 25 novembre 2022 à 15h37

Dans les colonnes de Midi Olympique, l'ouvreur de Bordeaux-Bègles Matthieu Jalibert revient sur le départ de l'entraîneur de Bordeaux-Bègles Christophe Urios, clamant qu'il n'en est pas du tout à l'origine.


Le 22 octobre dernier, Matthieu Jalibert a disputé son dernier match avec Bordeaux-Bègles avant de rejoindre les Bleus pour la Tournée d'automne. Et beaucoup d'eau a coulé sous les ponts de la Garonne depuis un mois. L'UBB a d'abord battu Toulon d'un point avant de s'incliner lourdement à Pau, et le président Laurent Marti a décidé, suite à ce mauvais résultat qui a fat plonger le club girondin à la onzième place du classement, de se séparer de son entraîneur Christophe Urios. Ce vendredi, l'ouvreur de l'équipe de France s'est exprimé dans les colonnes de Midi Olympique sur cette éviction de l'emblématique coach : « J'ai suivi ça à distance, depuis Marcoussis, avec mes partenaires de l'UBB. Je ne pensais pas que ça allait se passer de façon aussi rapide et aussi brutale. C'est le président qui a pris cette décision car il a sûrement senti que c'était le bon moment pour essayer de trouver une nouvelle dynamique en raison des résultats de ce début de saison. On doit s'adapter, mais comme je l'ai dit, c'est maintenant à nous les leaders de reprendre les choses en main pour bien finir cette saison. »

Jalibert : "Il n'y avait plus aucun problème avec Christophe"

Cela commencera par un déplacement à Perpignan dès ce samedi. Un match au goût de revanche pour Jalibert, qui était passé à côté de sa rencontre face à l'USAP la saison passée, ce qui lui avait valu les critiques acerbes de Christophe Urios. Cinq mois plus tard, l'ouvreur de 24 ans a tenu à mettre les choses au point concernant ses relations avec son désormais ex-coach. « Depuis l'affaire de l'an passé après le match face à Perpignan, j'ai l'impression que les médias ont essayé de m'opposer en permanence à Christophe. Or, en début de saison, nous avions eu une discussion, on s'était dit les choses, point barre. Il n'y avait plus aucun problème. Mais visiblement, c'est facile de me jeter la pierre, de dire que c'est de ma faute. Je n'ai jamais demandé la tête de Christophe. Quand je lis que Laurent a viré Christophe pour me faire plaisir ou pour que je reste au club, ça me rend dingue. C'est complètement lunaire parce que c'est totalement faux. D'ailleurs, je crois que l'ensemble de l'effectif a beaucoup de respect pour ce qu'il nous a apporté durant ces trois dernières années. Avec lui, nous avons franchi un cap et nous lui en sommes reconnaissants. » A eux de remonter désormais au classement pour ne pas voir s'éloigner le Top 6.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.