Toulouse : Le patron fait encore la sieste

Toulouse : Le patron fait encore la sieste©Panoramic, Media365

Thomas Siniecki, Media365 : publié le lundi 28 novembre 2022 à 23h37

Le Stade Toulousain doit se réveiller. Après un début de saison tonitruant, et alors que la trêve internationale est terminée, les résultats ne suivent toujours pas en ce mois de novembre. Et la Coupe d'Europe arrive...



Cette fois, plus question de doublon. Certes sans Antoine Dupont ou Cyril Baille, les Toulousains retrouvaient dimanche à Lyon l'intégralité de leurs moyens disponibles, comme Romain Ntamack qui a d'ailleurs été séduisant en charnière. Ugo Mola avait quand même décidé de laisser son talonneur Julien Marchand sur le banc, mais on peut bien évoquer une vraie défaite pour le leader de Top 14, qui enchaîne un troisième match de suite sans victoire après Bayonne (défaite 26-22 en déplacement) et le Stade Français (nul 16-16 à domicile). C'est bien sûr la pire série de la saison pour les Haut-Garonnais, tellement au-dessus lors des premières journées qu'ils conservent quatre points d'avance sur La Rochelle.

Mola : "On va reprendre le bus et se poser les bonnes questions"

Pour Mola, pas de doute, c'est "un match à oublier" : "On maîtrise pendant 20 minutes puis on tombe dans un faux rythme, et ça nous échappe. Revenir au score aurait été un hold-up. On va reprendre le bus et se poser les bonnes questions durant les sept heures de trajet." On estimerait plutôt le temps de parcours à cinq heures et demie, mais qu'importe, les Toulousains ont effectivement eu le loisir de ruminer.


Le troisième-ligne Alexandre Roumat confirme que "la victoire des Lyonnais est méritée" : "On s'est un peu endormis sur nos lauriers après avoir mené, on a enchaîné les fautes et les ballons lâchés. C'est dommage, il y avait la place mais on le mérite. On a fait trop d'erreurs, c'était trop difficile de revenir face à cette équipe qui défend bien et poussée par son public." Il n'y a pas péril en la demeure, juste une obligation de relancer enfin la machine samedi face à Perpignan, pauvre avant-dernier qui risque de subir les foudres.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.