Turquie, quelle déception !

Turquie, quelle déception !©Panoramic, Media365
A lire aussi

Emmanuel LANGELLIER, Media365 : publié le jeudi 17 juin 2021 à 10h18

Au bord de l'élimination après sa deuxième défaite en deux matchs contre le pays de Galles, la Turquie constitue une grosse déception.



Ce Championnat d'Europe avait ses favoris avant son coup d'envoi. Parmi eux, la France, championne du monde en titre, le Portugal, tenant du titre continental et toujours très costaud avec son étendard Cristiano Ronaldo, ou la Belgique, demi-finaliste du Mondial 2018. Il avait aussi ses outsiders et parmi eux figurait la Turquie. Redoutable pendant les qualifications, la formation turque avait notamment dominé la France (2-0) et n'avait concédé qu'une défaite. Sur le papier, elle s'avançait avec une belle formation et de solides arguments pour prétendre jouer les trouble-fêtes.

Une attaque et une défense aux abonnés absents

Mais patatras, après deux rencontres, la Turquie est déjà au bord du précipice et de l'élimination. Ses deux premières sorties ont été sanctionnées de deux revers et la déception est palpable. Le camouflet est bel et bien là. Après avoir subi la loi de l'Italie à Rome (0-3) lors du match d'ouverture, les coéquipiers de Burak Yilmaz, pourtant si emballant avec le LOSC sacré champion de France, ont encore perdu, mercredi face au Pays de Galles (0-2). L'attaquant lillois a notamment raté une énorme occasion à la 54eme minute. L'attaque a failli, la défense, qui n'avait encaissé que 3 buts en 10 matchs au cours des éliminatoires, a rompu, malgré de beaux éléments. La Turquie prétendait à un quart de finale, la voilà s'affichant comme l'équipe la plus décevante de la compétition.


Le sélectionneur turc : « Ce sera difficile pour nous de se qualifier »

« Ce sera difficile pour nous de se qualifier, a concédé Senol Gunes, le sélectionneur turc. On a une équipe jeune. (...) Le second but est dû à un manque d'attention de mes joueurs. Il faut qu'on oublie cela, on rêvait de sortir de ce groupe et on espérait avoir une meilleure chance pour le dernier match, mais ce ne sera pas le cas. Je suis responsable de cela, les joueurs le sont par leur performance, mais le résultat est de ma responsabilité. Je ne veux rien dire contre mes joueurs, parce qu'on n'a pas su développer le jeu qu'on voulait. L'adversaire était plus équilibré, avait un meilleur jeu collectif et a contrôlé le match. » La Turquie doit absolument battre la Suisse dimanche prochain pour espérer figurer parmi les meilleurs troisièmes de la compétition et rallier les huitièmes de finale.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.