Nice - Nantes : Frappart évoque "du stress positif" avant d'arbitrer la finale

Nice - Nantes : Frappart évoque "du stress positif" avant d'arbitrer la finale©Panoramic, Media365
A lire aussi

Axel Allag, Media365, publié le vendredi 06 mai 2022 à 22h15

Désignée arbitre de la finale de la Coupe de France entre Nice et Nantes (samedi, 21h15) Stéphanie Frappart sera dans la lumière au Stade de France. La première femme à arbitrer une finale de la compétition s'est présentée face à la presse, ce vendredi.


Stéphanie Frappart est une habituée des premières. Après avoir été la première femme à diriger un match de Ligue 1 (Amiens-Strasbourg, le 28 avril 2019), la Super Coupe d'Europe (Chelsea-Liverpool, le 14 août 2019) et une rencontre de Ligue des Champions (Juventus Turin-Dynamo Kiev, le 2 décembre 2020), elle sera, samedi soir, la première à diriger une finale de Coupe de France, avec l'opposition entre Nice et Nantes. Ce vendredi en conférence de presse, elle a tenu à placer le terrain au centre de son discours, alors que les critiques ont été nombreuses autour de sa nomination pour ce match.

"J'ai la confiance de la Fédération, de l'UEFA et de la FIFA"

"Je n'ai aucun réseaux sociaux, je lis très peu la presse. Je suis plutôt axée sur la partie technique et les feedbacks que je peux avoir avec la fédération. J'ai la confiance de la Fédération, de l'UEFA et de la FIFA. Pour moi, je reste sur la partie terrain et je fais plutôt abstraction à tout ce qui est polémique ou discussions autour de mes performances", a-t-elle indiqué, dans des propos retranscrits par RMC Sport. Défendu par Christophe Galtier et Antoine Kombouaré il y a quelques jours, elle a confié sa "fierté" d'arbitrer la dernière étape de la 105ème édition de la Coupe de France. Une compétition qui "unit amateurs et pros".

Si le match se disputera dans un stade à guichets fermés, elle s'est montrée plutôt relâchée concernant l'éventuelle pression autour d'elle. "C'est du stress positif. On va entrer dans un stade plein de 80 000 personnes. Ça fait deux ans, avec la pandémie, qu'il n'y a plus cette effervescence lors de la finale", a-t-elle assuré, s'attendant à "vivre une belle fête et des moments inoubliables, qu'on soit joueurs ou arbitres".

Vos réactions doivent respecter nos CGU.