Comores : " À l'arbitre d'être vigilant ", Amir Abdou met la pression

Comores : " À l'arbitre d'être vigilant ", Amir Abdou met la pression©Media365
A lire aussi

Rédaction Media365, publié le jeudi 13 janvier 2022 à 18h50

Mécontent de l'arbitrage de la première rencontre de son équipe à la CAN, le sélectionneur des Comores, Amir Abdou, a mis la pression sur l'arbitre du match face au Maroc, vendredi à Yaoundé.

Les Comores jouent une bonne partie de leur avenir dans la CAN 2021, demain vendredi face au Maroc. Battus d'entrée par le Gabon, les insulaires verront leur horizon s'assombrir s'ils ne font pas un résultat positif contre les Lions de l'Atlas. Une équipe qui n'est pas inconnue d'Amir Abdou et ses hommes, qui livrèrent face à elle deux rencontres serrées lors des éliminatoires de la CAN 2019 : un nul à domicile (2-2), précédé d'une défaite aussi courte qu'amère (0-1) à Casablanca, sur un penalty plus que généreux au bout du temps additionnel de la seconde période.

Le souvenir de 2018

Ce scénario reste en travers de la gorge d'Amir Abdou, échaudé en outre par l'arbitrage de la rencontre inaugurale face au Gabon. La sortie kamikaze d'Amonome (49e), non sanctionnée, tout comme la faute dans la surface, assez évidente, sur Faiz Mattoir (53e), pas davantage sifflée : ces « faits de jeu » ne passent toujours pas, et le sélectionneur des Cœlacanthes ne s'est pas privé de le rappeler ce jeudi lors de son point de presse de veille de match. « Notre entrée a été plus ou moins bonne, mais ces faits de jeu doivent être sifflés. Or il n'y pas eu de check et de décision (dans notre sens) », a déploré le technicien.

« Que l'arbitre soit vigilant et performant »

L'arbitrage... Un dossier d'autant plus surveillé que la prestation calamiteuse du Zambien Janny Sikazwe, mercredi lors de Tunisie-Mali, est venue relancer le débat sur la faiblesse africaine en la matière. Invité à donner son avis sur le sujet, Amir Abdou s'est bien gardé de toute généralisation, restant concentré sur le match de son équipe. « Les erreurs d'arbitrage, il y en aura toujours. Pas qu'en Afrique mais aussi en Europe et en Amérique du Sud. Tout ce que je souhaite c'est que demain on ait un excellent arbitre pour cette rencontre. Qu'il soit vigilant et performant. » Désigné pour cette rencontre par la CAF, le Tunisien Sadok Selmi sait ce qu'il lui reste à faire.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.