Les coureurs veulent que l'UCI revienne sur les sanctions pour jet de bidon

Les coureurs veulent que l'UCI revienne sur les sanctions pour jet de bidon©Media365
A lire aussi

Mathieu WARNIER : publié le mercredi 07 avril 2021 à 23h55

Alors que Michael Schär a été mis hors-course sur le Tour des Flandres pour avoir jeté un bidon vers des spectateurs hors zone autorisée, le syndicat des coureurs professionnels compte demander à l'UCI de revoir cette nouvelle règle.



La fronde s'organise dans le peloton. Alors que, depuis le 1er avril, l'Union Cycliste Internationale (UCI) a mis en place une règle interdisant aux coureurs de jeter leurs déchets hors des zones autorisées, situées tous les 30 à 40 kilomètres et en amont du final des épreuves, Michael Schär en a été une des premières victimes. Le Suisse de la formation AG2R-Citroën n'a pas pu terminer le Tour des Flandres ce dimanche, les commissaires l'ayant exclu de la course pour avoir jeté un bidon près de spectateurs présents au bord de la route mais pas dans une zone matérialisée à cet effet. Selon le site anglophone Cyclingnews, le syndicat des coureurs CPA a tenu une réunion par visioconférence ce mardi après avoir pris contact avec ses représentants dans les équipes. A la suite de cette réunion, il a été décidé d'écrire aux dirigeants de l'UCI afin de demander une révision de cette règle controversée.

Le coureurs pourraient protester pendant les courses

Toujours selon Cyclingnews, le CPA considère comme acquis le soutien sur ce sujet de l'association des équipes cyclistes professionneles (AIGCP). De plus, si l'UCI n'accède pas aux demandes des coureurs, ces derniers pourraient manifester leur désapprobation d'une manière ou d'une autre. Autrement dit, la menace d'une grève au départ d'une course, comme cela a déjà été fait par le passé, notamment lors du Tour d'Italie 2020, semble tout à fait réelle. Une décision pourrait être prise dès le 14 avril prochain, à l'occasion d'une réunion du Conseil du Cyclisme Professionnel, mais tout indique que l'UCI restera inflexible. « Ce plan exige que tout le monde adopte une attitude exemplaire, tant pour la sécurité que pour la protection de l'environnement, mais également pour l'image de notre sport, plus particulièrement envers la jeune génération et le public, déclaré l'UCI dans un communiqué envoyé à Cyclingnews. Nous sommes convaincus que ces mesures, qui demandent parfois un changement de comportement, vont permettre de faire du cyclisme le sport du 21eme siècle. » La polémique risque de se poursuivre et la fronde des coureurs de s'amplifier.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.