Deux reines qui piquent

Serena Williams n'a pas eu à forcer pour battre Radwanska.

Serena Williams n'a pas eu à forcer pour battre Radwanska.

Au lendemain de leurs marathons respectifs, Agnieszka Radwanska et Victoria Azarenka n'ont rien pu faire contre Serena Williams (6-2, 6-1) et Maria Sharapova (6-4, 6-2), samedi, lors des demi-finales du Masters d'Istanbul. Les deux reines du circuit WTA s'affronteront donc dimanche pour des retrouvailles électriques.

Vendredi soir, Agnieszka Radwanska espérait se présenter face à Serena Williams en "un seul morceau". Peine perdue, moins de 20 heures après la fin de son match marathon contre Sara Errani (une victoire en 3h30'), la Polonaise a rendu les armes en à peine plus d’une heure (1h01’) face à la tête de série numéro 3 du Masters d’Istanbul. Les craintes sur l'état physique de Radwanska ont alimenté les discussions tennistiques autour du Bosphore depuis vendredi. Comment récupérer en aussi peu de temps et se montrer à la hauteur après le plus long match de l’histoire du Masters (6-7, 7-5, 6-4) ? La réponse a rapidement pris forme lors de la demi-finale contre l'Américaine. Breakée d'entrée, la native de Cracovie fait illusion l'espace d’un débreak. Puis, plus rien.

Non seulement parce que son corps ne répond plus, mais aussi et surtout parce qu'en face la machine Williams s’est mise en route. Tel un rouleau-compresseur, la cadette des sœurs Williams profite du manque d'agressivité de la Polonaise pour dérouler, sans pour autant avoir à réciter son tennis. Après un début de match étriqué, la double lauréate du Masters (2001 et 2009) n'a pas à s’employer outre-mesure pour terrasser une Radwanska au bout du rouleau, trop fébrile au service (seulement 45 % de points remportés… contre 79 % pour Williams). Le deuxième set n’est qu’un chemin de croix pour la numéro 4 mondiale qui s'incline 6-1 et dit adieu à son rêve, une nouvelle grande finale après celle perdue en juillet dernier à Wimbledon contre une certaine Serena Williams. Après le tournoi londonien, le tournoi olympique et l’US Open, cette dernière poursuit son semestre de rêve. Mais pour parachever cette œuvre, il faudra battre Maria Sharapova.

Sharapova face à son bourreau

Dans la foulée de Williams, la Russe a composté son billet avec panache contre une Victoria Azarenka apparemment diminuée par une faiblesse à la jambe gauche. Une douleur qui a fait baisser l’intensité d’un deuxième set presque à sens unique en faveur de Sharapova, qui avait auparavant imposé son rythme. Le premier set, en effet bien plus disputé, a tourné en faveur de la Russe, plus agressive et plus puissante dans l'échange, 6-4. Déjà mise en difficultés lors de la phase de poule (défaite contre Williams et victoire à l’arrachée contre Kerber), la numéro 1 mondiale a baissé pavillon dans la deuxième manche, conclue 6-2 par Sharapova, bien soulagée de ne pas s’éterniser sous le dôme d'Istanbul.

La sixième entrevue de l'année entre les deux joueuses a donc logiquement penché du côté de la numéro 2 mondiale, qui avait pourtant échoué quatre fois sur cinq cette saison contre la Biélorusse. Dominée en demi-finale du dernier US Open, Sharapova a cette fois pris la mesure d'Azarenka. Une première étape avant l'Everest dimanche. Car si Serena Williams impressionne depuis le début du tournoi stambouliote, le passif entre les deux joueuses n’est pas franchement flatteur pour la Russe. En onze oppositions sur le circuit WTA, elle ne l'a emporté qu'à deux reprises. Mais reste sur une terrible série de huit revers contre Serena. Une seule bonne nouvelle au rayon des statistiques pour la Sibérienne : la dernière fois qu’elle a vaincu la cadette Williams, c’était en 2004 en finale du Masters, à l’époque disputé à Los Angeles…

Pariez sur le Tennis avec PMU.fr, jusqu’à 170 euros offerts !

en images
Friday night fever Rencontre princière La terre a tremblé Comme un Roc Appliqué