Vendée Globe : " Chaque jour est une fête " pour Tripon

Vendée Globe : " Chaque jour est une fête " pour Tripon©Panoramic, Media365
A lire aussi

Guillaume MARION, Media365 : publié le lundi 01 février 2021 à 11h50

Arrivé ce lundi matin aux Sables-d'Olonnes, Armel Tripon (L'Occitane en Provence) a terminé le Vendée Globe à la 11eme place. En conférence de presse, le skippeur est revenu sur son aventure.



Après plus de 84 jours en mer, Armel Tripon en a terminé dans ce Vendée Globe. Arrivé ce lundi matin, le skippeur d'Occitane en Provence a livré ses premiers mots lors de la remontée du chenal. « C'est une belle récompense pour les partenaires, toute l'équipe et moi. Je crois qu'on a tous eu des problèmes, on le sait au départ, ça fait partie du jeu. J'ai apprécié tous les jours. C'était juste magique. J'ai pris beaucoup de plaisir sur l'eau. La casse de ce J3 a un peu handicapé ma course, mais j'ai réussi à revenir. J'ai du faire face à un deuxième coup d'arrêt après le cap Horn où j'ai recassé un hook donc je n'avais plus de voile de capelage, ça devenait problématique. Un peu dur car je revenais bien sur les autres. L'objectif au départ était de ramener le bateau et c'est fait. C'est une belle récompense pour tous les gens qui se sont investis, ça veut dire que le bateau est super. Il est facile à vivre, facile à faire marcher », a notamment expliqué le Nantais.

« Le Vendée Globe reste très théorique »

Par la suite, Tripon est revenu sur ses sensations durant sa course. « J'étais venu chercher le grand Sud et cette régate soutenue. J'ai découvert ce que c'était d'être seul en mer, ce monde sauvage. Le Vendée Globe reste très théorique quand tu ne l'a pas fait, a également confié le skippeur d'Occitane en Provence, dans des propos repris sur le site officiel de la compétition. C'est un mélange d'une course acharnée et une aventure de dingue, une aventure intérieure, tu n'en sors pas indemne, je pense que ça m'a fait grandir. Et puis c'est aussi une aventure maritime car naviguer dans ces coins là n'est pas anodin. Je m'étais bien préparé à vivre des moment très forts et les aborder de manière sereine. Cela m'a sauvé. Cela aurait été plus dans la douleur sinon. Chaque jour est une fête sur cette course. »

Vos réactions doivent respecter nos CGU.