Open d'Australie : "Un petit stress" pour Monfils

Open d'Australie : "Un petit stress" pour Monfils©Media365
A lire aussi

Paul Rouget, Media365 : publié le vendredi 21 janvier 2022 à 11h18

Qualifié pour son cinquième huitième de finale à Melbourne après sa victoire contre Christian Garin, Gaël Monfils s'est fait quelques frayeurs face au Chilien.



Pour la première fois depuis deux ans, Gaël Monfils va disputer un huitième de finale en Grand Chelem, son cinquième à Melbourne. Vendredi, après un premier set compliqué, il a disposé sans trop trembler du Chilien Christian Garin, classé juste au-dessus de lui (19e contre 20e), s'imposant en trois manches et un peu plus de deux heures de jeu (7-6, 6-1, 6-3). Après avoir dominé Federico Coria (6-1, 6-1, 6-3) puis Alexander Bublik (6-1, 6-0, 6-4), le Parisien continue à impressionner. Il confirme son excellent début de saison, lui qui a remporté le onzième titre de sa carrière à Adélaïde.

"Je me suis fait un peu peur"

Mais Monfils, victime d'une chute heureusement sans conséquence même s'il s'est tordu la cheville, reconnaît aussi avoir fini ce match "fatigué". "J'ai puisé un peu aujourd'hui, a-t-il ensuite avoué, rapporte L'Equipe. Entre l'envie de bien faire, rester sur ma ligne... Et je me suis fait un peu peur sur la chute. Tu as envie d'être bien et j'ai ce truc aux cervicales (qui l'a contraint à l'abandon lors du deuxième tournoi d'Adélaïde, ndlr). Je me recontracte un peu. Je veux jouer ma chance pleinement. Tu te mets un petit stress. Ça me fatigue un peu."


Peu enclin à s'exprimer sur Novak Djokovic, expulsé d'Australie et qu'il aurait pu affronter dimanche pour une place en quarts de finale de cet Open d'Australie à la place de son compatriote serbe Miomir Kecmanovic, le 20e joueur mondial se méfie, et se rappelle qu'il était "passé ric-rac" face à ce jeune adversaire (22 ans) qui "n'a rien à perdre". Ce dernier, tombeur de Lorenzo Sonego un peu plus tôt (6-4, 6-7, 6-2, 7-5), s'attend à "un match difficile" mais espère prolonger le "momentum", alors qu'il ne s'imaginait pas en huitièmes il y a une semaine. "C'est incroyable", a reconnu Kecmanovic en conférence de presse.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.