Ligue des Champions : A Krasnodar, Rennes tombe dans le traquenard

Ligue des Champions : A Krasnodar, Rennes tombe dans le traquenard©Media365
A lire aussi

Rédaction , publié le mercredi 02 décembre 2020 à 21h00

La campagne européenne de Rennes va s'arrêter avant l'hiver. Ce mercredi, les hommes de Julien Stéphan ont été battus sur la plus petite des marges par Krasnodar (1-0) et voient les espoirs de repêchages en Ligue Europa s'envoler.

La première participation de Rennes à la Ligue des Champions va se solder sur un cuisant échec. Trop limités pour pouvoir rivaliser avec Chelsea et Séville pour une qualification en huitièmes, les Rouge et Noir n'auront même pas réussi à sauver l'honneur en accrochant la 3e place. Ce mercredi, ils ont perdu « la finale » pour un ticket en Ligue Europa contre les Russes du FK Krasnodar (0-1). Une défaite très rageante au vu de la physionomie du match.

Rennes a été trop tendre

Contre Cabella et ses coéquipiers, les Rouge et Noir ont livré une prestation honorable, mais il leur a manqué ce côté tueur aux avant-postes pour pouvoir faire la différence. Surtout, ils ont manqué de concentration derrière sur l'une des rares occasions qu'ils ont concédées. A la 71e minute, les hommes de Julien Stéphan se sont fait surprendre sur un ballon en cloche, et sur lequel le capitaine Damien Da Silva s'est fait éliminer comme un junior par Marcus Berg. Le vétéran suédois n'avait ensuite plus qu'à ajuster Romain Salin avec un tir croisé. Cette réalisation a totalement scié les jambes des Rennais. Jusque-là, dans ce match, ce sont eux qui se sont montrés les plus dangereux, même si les alertes dignes de ce nom se sont faites rares sur les buts de Krasnodar. James Léa-Siliki a eu la meilleure opportunité à la 58e avec une reprise sans contrôle à l'entrée de la surface, mais qui a fini au-dessus du cadre. Adrien Hunou a aussi eu une occasion intéressante en première période (16e), mais le gardien adverse a fait le travail sur sa ligne.

Une impression de déjà-vu pour les Rennais

Le SRFC a manqué de lucidité dans le dernier tiers de terrain, et l'arbitrage lui a aussi été une nouvelle fois défavorable. A la 16e minute, Benjamin Bourigeaud a été bousculé dans la surface. Le pénalty semblait s'imposer, mais il n'a pas été sifflé. Devant la ligne de touche, Stéphan a eu beau se lamenter, l'homme en noir n'a même pas jugé bon d'aller consulter le VAR. Une fois dos au mur, Camavinga et ses coéquipiers ont eu encore plus de peines pour se montrer menaçants. On notera quand même une jolie frappe du jeune Adrien Truffert (76e), qui a contraint Matvey Safonov a un bel arrêt. C'était l'ultime temps fort de la partie et les incorporations de Gboho et Tait n'ont rien changé à la donne. Pour la troisième fois en quatre rencontres, Rennes s'inclinait dans cette C1. C'est celle de trop et le match de la semaine prochaine contre Séville n'aura absolument aucune importance. C'est bien loin des aspirations qu'avaient les Bretons pour ce baptême de feu dans la reine des épreuves.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.