Guillou : "Si le Bayern se crée à nouveau toutes ces occasions..."

Guillou : "Si le Bayern se crée à nouveau toutes ces occasions..."©Media365
A lire aussi

Thomas Siniecki, Media365 : publié le mardi 13 avril 2021 à 12h00

Patrick Guillou, spécialiste Bundesliga pour beIN SPORTS, connaît le Bayern sur le bout des doigts. L'ancien joueur nous offre son éclairage avant le quart de finale retour de Ligue des Champions tant attendu, mardi soir à Paris.



Patrick, comment sentez-vous ce match retour ?
Avant le match aller, le PSG était battu par Lille et le Bayern venait de dominer Leipzig. Alors, même sans Robert Lewandowski, on les pensait idéalement armés dans les têtes. Et là, quand on voit Strasbourg - PSG et le nul du Bayern chez l'Union Berlin, on pourrait imaginer que l'affaire est pliée... Sauf qu'il ne faut pas sous-estimer le caractère et l'orgueil des champions du Bayern. Cette double confrontation peut aussi se jouer sur ce facteur-là. Ils peuvent encore être présents sur ce type d'échéance. Beaucoup d'incertitudes posent question, dont l'accumulation de matchs... Il leur faut gagner 4-3, ou bien 2-0 ou 3-1. Mais surtout, garder leur cage inviolée le plus longtemps possible. Le score idéal pour le Bayern, ce serait de mener 1-0 à la mi-temps. La tendance est à 60-40 pour le PSG.

S'il y a une équipe qui peut gagner 3-0 mardi, c'est bien le Bayern, non ?
Avec l'ensemble des forces vives, bien sûr ! Mais on s'aperçoit quand même du poids de Serge Gnabry et surtout de Robert Lewandowski, pour finir les actions. Quand on voit le manque de réalisme à l'aller... Le Bayern devra être beaucoup plus efficace dans les deux zones. S'ils se créent à nouveau toutes ces occasions, ils n'en laisseront pas autant en route... Et comme face au Barça, Keylor Navas a su et pu faire la différence, mais il peut aussi être un peu moins bien lui aussi, à l'instar de Manuel Neuer à l'aller.

Marco Verratti doit-il jouer avec Leandro Paredes, ce qui ferait deux retours au milieu ?
La grande interrogation porte sur son volume de courses et son intensité, pour un tel match retour de très haut niveau. Sera-t-il au point, et si oui, combien de temps ? Ce sera une vraie opposition, très intéressante. Soit on décide de laisser le monopole et de subir face à un bloc plus haut, ou alors on impose son style de jeu dans le camp adverse. C'est toujours la même chose : si tu te sors techniquement du contre-pressing de ce bloc, tu bénéficies forcément des orientations de Verratti plus bas, de Neymar plus haut, et de la vitesse de Kylian Mbappé.

"Avec Verratti et Paredes, tu peux mieux négocier tes contres"

Quid d'Idrissa Gueye, qui a été très intéressant à l'aller ?
Il a défendu en avançant, empêchant souvent les milieux du Bayern de se retourner. Verratti et Leandro Paredes, eux, sont dans l'intelligence de placement et l'interception plutôt que le harcèlement. Et si tu interceptes, tu peux mieux négocier tes contres avec une qualité de relance supplémentaire. Ce n'est pas une question de palmarès et de CV, Mauricio Pochettino va estimer quelle association est la plus complémentaire, avec quelle paire de milieux il sera plus conquérant et imposer sa meilleure manière de jouer. Les bons joueurs savent toujours évoluer ensemble. C'est aussi pour ça qu'on choisit des entraîneurs de renom, qui doivent trouver ça, alors que parfois deux joueurs vont sembler avoir moins de qualité que d'autres...

Marquinhos absent, est-ce que ça change tout ?
Il apporte un peu plus de stabilité et de gouaille, mais si tu prétends gagner la Ligue des Champions, tu peux aussi avoir quelqu'un qui t'apporte un style différent, avec ses qualités. La semaine dernière, Danilo a sorti quelques ballons chauds de la tête.


Le PSG s'appuie-t-il sur la dernière finale perdue pour mieux négocier cette échéance ?
C'est complètement différent. A l'aller, le PSG ne voulait pas amputer son avenir, et il l'a brillamment fait. Là, on sera plus dans la configuration d'une finale, mais tu peux plus te crisper par rapport à l'aller où tu es plus relâché... Si le Bayern mène 1-0 à la pause, ça peut jouer en sa faveur. Mais les effectifs et les configurations sont différents à chaque fois. Il y a des récurrences dans ces matchs retour du PSG depuis quelques saisons, mais chaque rencontre a sa propre histoire. Ce n'est pas comparable. Si tu vas au théâtre et que tu vois toujours la même pièce, tu sais que ça finira toujours de la même manière, ça dépendra juste de la prestation de l'acteur... Mais au football, on ne sait pas. C'est là qu'on va voir si l'expérience des dernières campagnes leur est utile.

Le Bayern éliminé, est-ce que ce serait une catastrophe en Allemagne ?
Non, comme ça ne l'était pas après avoir été éliminé de la Coupe. On ne peut pas toujours tout gagner. Tout le mérite en revient au Real Madrid, le seul club à avoir remporté la Ligue des Champions deux fois de suite - et même trois - depuis la nouvelle formule en 1992. Après son sextuplé, Hansi Flick ne pouvait faire que moins bien. Après leur nul face à l'Union Berlin ce week-end, au moins, ils sont déjà qualifiés pour la C1... Mais il faut savoir raison garder, un peu de mesure. Ce ne serait pas la catastrophe Armageddon, comme ce n'était pas non plus Alice au Pays des Merveilles auparavant. Il y a des concours de circonstances, la seule certitude étant que la vérité de décembre n'est pas celle de mars ou avril, qui ne sera pas non plus celle de mai...

Vos réactions doivent respecter nos CGU.