Lyon : Paqueta, combat et joie

Lyon : Paqueta, combat et joie©Panoramic, Media365
A lire aussi

Emmanuel LANGELLIER : publié le dimanche 28 février 2021 à 11h23

Contre Marseille, dimanche soir à l'Orange Vélodrome, Lyon comptera sur le goût du combat de l'un de ses meilleurs éléments : Lucas Paqueta.



Le « meilleur » pour la fin. Enfin, on l'espère... L'affiche de la 27eme journée de Ligue 1 se dispute dimanche soir à l'Orange Vélodrome entre l'Olympique de Marseille et l'Olympique Lyonnais. L'OM ne figure plus dans les premières places mais on peut imaginer sa grande motivation au moment de défier les Rhodaniens qui visent la victoire pour rester dans le coup du titre national. Dans les rangs lyonnais, on retrouvera Lucas Paqueta. Brillant depuis son arrivée en provenance de l'AC Milan, le Brésilien débutera au milieu de terrain, a priori côté droit dans le 4-3-3 privilégié par Rudi Garcia, au côté de Thiago Mendes et Houssem Aouar.

Paqueta : « Ce que je veux, c'est défendre, attaquer, défendre, attaquer, défendre, attaquer... »

Capable d'évoluer en numéro 8 mais aussi en « 6 » ou en meneur de jeu, Paqueta apprécie avant tout d'être... sur le terrain. « Je me sens bien dans toutes les positions au milieu, puisque aujourd'hui j'ai la confiance du coach Rudi (Garcia) et de mes coéquipiers. Ce que je veux, c'est défendre, attaquer, défendre, attaquer, défendre, attaquer... », explique l'ancien Milanais dans L'Equipe, dimanche. L'un des meilleurs joueurs du championnat cette saison serait en fait un « box-to-box » à la manière d'un Steven Gerrard ou d'un Patrick Vieira. « Oui ! Là où j'ai été formé, à Flamengo, il faut démontrer une très grande volonté sur le terrain, c'est dans la culture du club, éclaire le Brésilien. On m'a appris cette exigence, en me demandant beaucoup d'efforts là-bas. Et ça donne un peu ce que je suis aujourd'hui. Le style Paqueta, c'est un mélange de combat pour récupérer le ballon et de joie pour jouer avec. »


« La défaite m'apporte un trop gros sentiment de tristesse »

Lucas Paqueta explique qu'il a toujours eu la fibre du combat en lui, y compris, donc, avant d'arriver au centre de formation de Flamengo. « Dans ma vie, j'ai toujours été quelqu'un qui aimait vaincre, tout le temps. Donc je pense que j'avais déjà cette volonté de guerrier en moi. De toute façon, ça ne peut pas s'acquérir. La culture de Flamengo m'a simplement aidé à le développer. Et c'est ce que j'essaye d'apporter à l'OL. Quand j'étais enfant, ma mère me disait toujours qu'il fallait que j'apprenne à perdre. Et moi, je lui répondais : "Maman, je veux bien apprendre à perdre, mais sans perdre !'' La défaite m'apporte un trop gros sentiment de tristesse. Avec mon frère (Matheus, de deux ans son aîné), quand on jouait pieds nus, dans la rue ou sur la plage, on s'interdisait de perdre. » Lyon comptera sur la grinta de son phénomène pour renouer avec la victoire sur la pelouse de l'OM (2-1 pour les Marseillais la saison passée). Le 12 mai 2019, l'OL l'avait nettement emporté (3-0) à Marseille.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.