Metz : Antonetti ne fera pas de "football fiction" avant Angers

Metz : Antonetti ne fera pas de "football fiction" avant Angers©Panoramic, Media365
A lire aussi

Axel Allag, Media365, publié le jeudi 12 mai 2022 à 21h40

A 2 jours de la réception d'Angers, samedi dans le cadre de la 37ème journée de Ligue 1 (21 heures), Frédéric Antonetti est revenu sur les chances de maintien de son équipe, actuellement 19ème du classement.


L'espoir est mince. 19ème de Ligue 1 avec 3 points de retard sur l'AS Saint-Étienne, le FC Metz peut encore prétendre à arracher la place de barragiste dans le bas du tableau, à 2 journées du terme de la saison. Avant de recevoir Angers, samedi lors de la 37ème journée de Ligue 1 (21 heures) Frédéric Antonetti s'est montré plutôt fataliste en conférence de presse. Le succès obtenu contre l'OL lors de sa dernière sortie (3-2) n'a pas été un générateur de sentiments incroyables. "Pas grand-chose. Franchement, pas grand-chose. La saison est trop pénible... et quand on est dans les deux derniers, il n'y a pas vraiment de plaisir", a-t-il répondu sur le thème de ses sensations, dans des propos retranscrits par Le Républicain Lorrain.

"Les calculs ne servent à rien si on n'est pas bon sur le terrain"

Le technicien a également confié son ambition de réitérer le même type de performance que contre l'OL. "Ce que je sais, c'est qu'on va tout faire pour gagner, pour donner une bonne image du FC Metz. Ça veut dire être généreux, bien défensivement et dès qu'on récupère le ballon aller de l'avant" a glissé le coach du 19ème de Ligue 1. Avec la réception d'Angers et le déplacement prévu au Parc des Princes lors de l'ultime journée, le club lorrain n'est pas encore condamné à la Ligue 2, mais il ne faut pas compter sur le natif de Venzolasca pour se plonger dans les calculs.

"Aujourd'hui, on est relégable. On verra après le match de samedi ce qu'il y a à faire. Mais avant, il faut qu'on gagne contre Angers. Je ne ferai pas de football fiction. Ça n'a jamais été mon truc. Je l'ai un peu fait cette année et je le regrette...", a-t-il concédé, puis de préciser sa pensée : "À un moment donné, j'ai fait des calculs et je pensais qu'au mois d'avril... Mais les calculs ne servent à rien si on n'est pas bon sur le terrain".

Vos réactions doivent respecter nos CGU.