Ligue 1 : L'amer constat de Gervais Martel

Ligue 1 : L'amer constat de Gervais Martel©Media365
A lire aussi

Emmanuel LANGELLIER : publié le jeudi 28 janvier 2021 à 23h12

Gervais Martel, l'ancien emblématique président du RC Lens, livre un amer constat sur le football d'aujourd'hui.



A 66 ans, Gervais Martel est presque retiré des affaires. Président du RC Lens à deux reprises (1998-2012 et 2013-2017), il est aujourd'hui au conseil d'administration de la Ligue et chroniqueur sur la chaine L'Equipe. Il ne veut plus tenir d'autre rôle dans le football. « Je suis parti sur autre chose. Je m'occupe d'une association destinée aux gens défavorisés. On invite les enfants à assister à divers spectacles sportifs. Le but est d'en emmener gratuitement 10 000 aux JO 2024. J'ai eu une vie passionnante dans le succès et la tristesse, j'ai tout connu et je n'ai pas envie de reprendre une place », clarifie-t-il dans Midi-Libre.

Martel : « Dans le foot d'aujourd'hui, on ne parle que d'argent, de trading, de sociétés qui rachètent des clubs et les revendent »

Martel continue évidemment de suivre le RC Lens, bien placé cette saison en Ligue 1 (9eme). « Je suis resté proche du club, mais je n'ai plus de rôle opérationnel. J'assiste à tous les matches à Bollaert, c'est mon club de cœur, c'est surtout une belle histoire. J'ai passé la main à un nouvel actionnaire, Joseph Oughourlian, qui s'est vite mis dans le bain. J'ai réussi à transmettre le flambeau à une période compliquée. Je n'aimerais pas être président aujourd'hui. Cela doit être un casse-tête : absence de spectateurs, de VIP et coup de massue avec Mediapro », lâche l'ancien patron du club artésien.


La Ligue 1 à 16 clubs ? « Une connerie » pour Martel

Il livre également un amer constat sur les temps actuels. « Dans le foot d'aujourd'hui, on ne parle que d'argent, de trading, de sociétés qui rachètent des clubs et les revendent. Je ne suis pas trop inquiet sur la suite. Je ne crois pas à un championnat d'Europe des clubs. Allez expliquer aux Italiens, Anglais ou Espagnols qu'ils n'auront plus leur championnat », confie Martel qui se dit « inquiet pour les clubs qui n'ont pas les reins solides et de fonds propres. Comment voulez-vous continuer avec des recettes à zéro, sans marketing et le retrait de Mediapro, avec l'amputation de 30 à 40 % des droits télé sur la saison ? Aucune industrie ne pourrait faire face à ça. » Enfin, l'idée d'une Ligue 1 à 16 clubs ne lui plait pas du tout. « Pour mieux se répartir le gâteau des droits TV. Mais personne ne joue à seize en Europe ! C'est une connerie, cela me met en colère », s'agace l'ancien président du RCL.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.