L1 (J37) : Le PSG met la pression sur Lille, Monaco et Lyon carburent

L1 (J37) : Le PSG met la pression sur Lille, Monaco et Lyon carburent©Media365

Rédaction Media365, publié le dimanche 16 mai 2021 à 23h10

Retour sur cette 37eme journée de Ligue 1, marquée par une soirée très animée avec la victoire du PSG contre Reims (4-0) et le match nul du LOSC face à Saint-Etienne (0-0).



Comment bouder notre plaisir à l'idée de retrouver le charme d'un multiplex ? Son scénario incertain, ses buts soudains, son rythme palpitant et ses faits de jeu renversants. Cela fait tout de même deux ans, précisément, que les amoureux du sport roi attendaient cela, après que le jeu ait été abrégé en 2020 à cette même période de l'année, au printemps, à cause de cette fichue crise sanitaire.

Ce dimanche soir a donc été formidable parce qu'il y en a eu pour tous les goûts, à toutes les altitudes. C'est toujours le même principe. Et on ne s'en lasse pas. Le soir d'une vie pour les uns. L'enjeu d'une survie pour les autres. De la course au titre à la lutte pour le maintien - en passant par la carotte, toujours très prisée, des trois Coupes d'Europe - tout le petit monde du foot français avait quelque chose à gratter. Magnéto.

La course au titre : Le PSG reprend du terrain

Lille-Sainté. Paris-Reims. Deux affiches superposées. Deux destins croisés. Beaucoup de regards étaient braqués sur le Stade Pierre-Mauroy et le Parc des Princes, théâtres des dernières sorties à domicile des deux protagonistes de cette course au titre. Une seule alternative pour le champion en titre : gagner. Pour espérer. Avec un onze remanié mais une attaque bien rodée, le PSG a vite débloqué la situation pour se mettre dans le sens de la marche. Mbappé a provoqué un penalty transformé par Neymar (1-0, 13eme) avant de doubler la mise sur un cadeau des Rémois (2-0, 23eme) - réduits à dix après l'expulsion d'Abdelhamid sur le premier but.

Paris a ensuite géré son affaire. Buteur fréquent, Marquinhos a trouvé le chemin des filets, à son tour, d'une jolie tête piquée (3-0, 68eme). Convaincants dans le jeu, les Rouge et Bleu ont déroulé avec quelques mouvements collectifs de haute voltige. Moise Kean a inscrit le dernier but de la soirée d'un tir bien senti (4-0, 89eme). Du travail bien fait.

Dans le même temps, le LOSC de Christophe Galtier a observé les Verts avec méfiance, sans se livrer. La pression était palpable. Lille avait tellement à perdre, quand la jeunesse de Puel, maintenue, joue sans calcul depuis quelques semaines. Sous tension, le match a mis du temps à se débrider. Araujo a manqué la plus grosse situation du premier acte (36eme). D'autant qu'au retour des vestiaires, Sainté a commencé à pointer le bout de son nez. Galtier a sorti d'autres cartes en seconde période pour tenter d'impulser quelque chose. Sans succès. Malgré une fin de match bouillante - Lille fait toujours le coup - le score n'a pas évolué. C'est un coup d'arrêt pour les Lillois, qui n'auront pas de joker dimanche prochain.

La course à l'Europe : Personne ne lâche rien

Tapis dans l'ombre un peu plus bas, Lyon et Monaco ont fait le job - pour le bonheur du club de la Principauté. Aux Costières, les Lyonnais ont vite été douchés sur une bourde énorme de Marcelo profitant à Koné (1-0, 5eme). La révolte ne s'est pas faite attendre. Porté par ses leaders techniques, l'OL s'est remis à l'endroit. Paqueta, par deux fois (1-1, 8eme et 1-3, 24eme) et Memphis ont replacé l'OL dans une posture idéale. Aouar (1-4, 55eme) et Slimani (2-5, 88eme) ont corsé l'addition, le deuxième but de Koné étant un lot de consolation bien maigre pour les locaux (62eme). Soirée tranquille pour les Gones. Terrible pour les Crocos.

A Louis-II, Monaco a vite planté le décor. Ben Yedder vole en ce moment. Sur un nouveau but plein de classe - un subtil piqué, sa signature - l'international français a ouvert le score (1-0, 29eme), avant un second pion de Golovin dans le quart d'heure qui suit (2-0, 29eme). La seconde période a été plus ardue pour les Monégasques, émoussés physiquement et refroidis par la réduction du score de Bourigeaud (2-1, 68eme). En supériorité numérique après une faute violente de Da Silva, Monaco s'est accroché.

A Marseille, les hommes de Sampaoli ont rendu une copie en deux temps. Parce que Rennes n'y est pas, l'OM pouvait s'offrir un scénario idéal. Avec un onze remanié, les hommes de Sampaoli ont pu compter sur un Milik encore clinique (1-0, 9eme - 2-0, 48eme) mais Angers a trouvé les ressources pour revenir - par Pereira Lage avant l'heure de jeu pour le SCO (2-1, 57eme). Marseille a plié, mais Marseille s'est accroché. Et au bout de la nuit, Milik a délivré l'OM sur un penalty transformé avec sérénité (3-2, 90eme). Le club phocéen jouera l'Europa League la saison prochaine.

C'était un peu plus délicat pour Lens, qui s'est pris les pieds dans le tapis à Bordeaux. Volontaires mais stériles, les Sang et Or ont buté sur Costil et encaissé un penalty évitable de Hwang (1-0, 32eme). Sabaly (0-2, 88eme) et Zerkane (0-3, 90eme +1) ont réglé l'affaire en fin de match, dans un climat de communion rare cette saison sur les bords de la Gironde. Sans brio mais au courage, Bordeaux signe là une victoire essentielle pour le maintien.

La lutte pour le maintien : Nantes et Lorient se démènent

C'est peut-être en bas, finalement, au bord du gouffre, que l'odeur du chaos était la plus forte. Depuis quelques semaines, Lorient et Nantes jouent avec beaucoup de personnalité. Ces deux bêtes blessées de l'ouest n'ont pas l'intention de jeter les armes. Cela s'est confirmé à Dijon, où Nantes a marqué rapidement par Koulibaly contre une lanterne rouge déjà reléguée (0-1, 6eme). Le second but des Canaris, signé Kolo Muani, a dessiné les contours d'un match tranquille (0-2, 32eme), scellé en seconde période par un nouveau but de l'excellent Ludovic Blas - homme du renouveau (0-3, 90eme +1) et le jeune Kolo Muani pour le doublé (0-4, 90eme +3).

Facile, le match de Lorient ne l'a pas été contre une formation messine capable de jolis coups cette saison. Malgré l'opposition des hommes d'Ancelotti, le club breton a ouvert le score sur un penalty transformé par Wissa (1-0, 31eme), mais les Grenats ont refait surface en seconde période grâce à un bijou de Traoré (1-1, 72eme). Il a fallu une force de caractère admirable pour que les Merlus reprennent l'avantage dans la foulée grâce à Hergault (2-1, 73eme).

Le dénouement de cette lutte pour le maintien n'est pas encore clair. Les positions de ces deux-là sont figées. L'étau se resserre pour Brest - tenu en échec par Montpellier (0-0) - et même Reims, battu au Parc. Strasbourg a été bien inspiré de s'imposer à Nice grâce au très précieux Ajorque, auteur d'un doublé (2eme, 66eme). Et Bordeaux n'est pas encore sauvé. Ces six équipes se tiennent en deux points et seront susceptibles de se retrouver à la place de barragiste la semaine prochaine. L'aventure se termine en revanche pour Nîmes. Dévorés par Lyon, les Crocos retrouveront l'antichambre.

LIGUE 1 / 37EME JOURNEE
Dimanche 16 mai 2021
Lille - Saint-Etienne : 0-0
PSG - Reims : 4-0
Monaco - Rennes 2-1
Montpellier - Brest : 0-0
Lorient - Metz : 2-1
Dijon - Nantes : 0-4
Bordeaux - Lens : 3-0
Nice - Strasbourg : 0-2
Marseille - Angers : 3-2
Nîmes - Lyon : 2-5

Vos réactions doivent respecter nos CGU.