Paris 2024 : La trêve olympique adoptée à l'ONU

Paris 2024 : La trêve olympique adoptée à l'ONU©Panoramic, Media365

Paul Rouget, Media365 : publié le mercredi 22 novembre 2023 à 15h51

Malgré l'abstention de la Russie et de la Syrie, la trêve olympique pour Paris 2024 a été adoptée à l'ONU, où cette résolution était pour la première fois soumise au vote.


Pour la première fois dans l'histoire, le projet de résolution de la trêve olympique, instaurée en 1993, a dû faire l'objet d'un vote des membres de l'ONU (Organisation des nations unies), alors qu'elle faisait jusqu'alors l'objet d'un consensus. Cette résolution censée faire cesser les hostilités durant les Jeux Olympiques de Paris 2024, qui "réaffirme que les valeurs olympiques de paix, de solidarité et de respect sont aussi importantes dans le monde actuel qu'elles l'étaient il y a 3 000 ans lorsque les Jeux Olympiques de l'Antiquité se déroulaient en Grèce", a été adoptée avec 118 voix pour mais n'a pas été votée par la Syrie ni par la Russie, qui demandait à ce que toutes les délégations puissent participer ainsi que tous les athlètes avec leurs drapeaux respectifs. Des Russes qui, en attaquant l'Ukraine, avaient violé la trêve olympique pendant les derniers Jeux d'hiver, l'an dernier à Pékin, ce qui leur avait valu des sanctions du CIO (Comité olympique internationale) et l'interdiction d'accueillir et même de participer à de nombreuses compétitions.

Estanguet : "Un message universel en faveur de la paix"

Tony Estanguet, qui a présenté ce projet de résolution au nom de la France à New York, a expliqué à la tribune de l'ONU vouloir "porter un message fort, un message universel en faveur de la paix, selon la tradition antique grecque de la trêve olympique, a déclaré le président de Paris 2024 C'est avec humilité devant le cours des événements du monde, mais aussi avec une profonde conviction, que je me tiens devant vous. Celle que, plus que jamais, le sport a un rôle à jouer et peut nous aider à faire un pas vers un monde meilleur. Les Jeux de Paris 2024 sont prêts à y prendre leur part." Thomas Bach, le patron du CIO, veut aussi croire que ces Jeux parisiens pourront se révéler rassembleurs. "Je ne me souviens pas d'un monde faisant face à tant de confrontations, de divisions, de polarisation. Les Jeux de Paris 2024 sont l'occasion d'envoyer un message sans équivoque au monde : oui, nous pouvons nous rassembler même en temps de guerres et de crises", espère-t-il ainsi.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.