Bartoli, pour l'honneur

A défaut de Masters, la Française est toujours en course à Pékin.

A défaut de Masters, la Française est toujours en course à Pékin.

Journée contrastée pour Marion Bartoli. La Française a d’abord vu Na Li rafler le dernier ticket pour le Masters, avant de se qualifier dans la douleur pour les demi-finales du tournoi de Pékin, aux dépens de Carla Suarez Navarro (6-0, 2-6, 6-4). Samedi, elle a rendez-vous avec la n°1 mondiale, Victoria Azarenka.

Les invitations pour le Masters sont closes. Et Marion Bartoli voit encore la porte se refermer devant elle. Remplaçante en 2007 et 2011 (elle avait tout de même pu jouer à chaque fois), la Française ne pourra pas espérer mieux cette année, puisque c’est Na Li, brillante face à Agnieszka Radwanska en début de journée, qui a pris la dernière place dans l’avion pour Istanbul. Qu’importe, Bartoli le confiait jeudi dans les colonnes de L’Equipe, elle n’a pas fait une fixation de ce Masters. Tout juste espérait-elle se rendre en Turquie pour se frotter une nouvelle fois à la crème du circuit et engranger de l’expérience en vue des prochaines levées du Grand Chelem.

Bartoli se montrait plus volontiers satisfaite de sa régularité dans le Top 10, ou encore d’avoir atteint, depuis sa belle aventure à l’US Open, les quarts de finale dans les quatre Majeurs. Mais l’Auvergnate le sait, elle peut espérer mieux la saison prochaine qu’une élimination au 3e tour à l’Open d’Australie, ou au 2e tour à Roland-Garros et Wimbledon. Capable de performances majuscules, à l’image de ses victoires face à Azarenka à Miami ou Kvitova à Flushing Meadows, Bartoli a péché par irrégularité. "Je vois que quand je suis à mon meilleur niveau, je suis complètement capable de battre ces filles-là. Donc je me concentre sur l’axe de travail de l’année prochaine, à savoir être un peu plus endurante dans un niveau très élevé."

En attendant, la Française a une saison à terminer, et notamment un beau tournoi de Pékin à conclure. Elle a rendez-vous avec Victoria Azarenka dans un dernier carré royal. Mais il lui faudra de toute évidence beaucoup mieux jouer que lors de son quart de finale face à Carla Suarez Navarro, une rencontre d’1h45 décousue au possible (6-0, 2-6, 6-4). Après un première manche à sens unique, Bartoli a disparu durant un set et demi. Mais après avoir sauvé une balle de 4-0 dans le troisième, la 10e joueuse mondiale a retrouvé son second souffle, pour l’emporter 6-4, non sans avoir gâché un break d’avance à 5-3 sur une double faute. La balle de match est l’illustration d’une rencontre qui a parfois frôlé le n’importe quoi tennistique : un ace accordé à Bartoli, alors que la balle était dans le couloir de dix bons centimètres. Mais Suarez Navarro avait déjà gaspillé tous ses challenges...

Pariez sur le Tennis avec PMU.fr, jusqu’à 170 euros offerts !