France-Ukraine sans spectateurs

France-Ukraine sans spectateurs©Media365
A lire aussi

Paul Rouget : publié le mardi 02 mars 2021 à 20h57

Comme c'était à prévoir, la rencontre qualificative au Mondial 2022 entre la France et l'Ukraine aura lieu à huis clos le 24 mars à Saint-Denis. Les pouvoirs publics ont refusé la demande de la FFF, qui souhaitait une jauge à 30%. 

 

Alors que Noël Le Graët espérait accueillir des spectateurs au Stade de France, avec une jauge à 30%, le 24 mars prochain pour la rencontre entre les Bleus et l'Ukraine, en ouverture des qualifications de la Coupe du monde 2022, il n'en sera rien. Ouest-France a confirmé mardi que les pouvoirs publics avaient refusé la demande de la Fédération française de football (FFF) et de son président. Une issue qui ne faisait guère de doutes, comme l'avait expliqué Roxana Maracineanu dimanche sur Europe 1. 

Maracineanu : "Il va falloir attendre" 

"La situation est compliquée, pour 20 départements, il y aura des couvre-feux sans doute les week-ends, il y aura des difficultés à exercer une pratique, on ne peut pas parler tout de suite de jauge ou de retour du public dans les stades, avait ainsi déclaré la ministre des Sports. Il va falloir attendre, on a démarré aujourd'hui des expérimentations dans certains lieux culturels et sportifs, il faut qu'on aboutisse à des protocoles qui fassent intervenir toutes les nouvelles technologies de gestion de crise possibles. Petit à petit, quand on pourra reprendre, ce sont ces protocoles-là qui s'appliqueront aux clubs pros et lorsque l'équipe de France jouera." 

En pleine campagne pour un quatrième mandat à la tête de la FFF, Le Graët avait plaidé quelques jours plus tôt pour une jauge de 30%, soit 24 000 spectateurs dans une enceinte dyonisienne qui peut en contenir 80 000. "Vous vous doutez bien qu'avec le Stade de France qui fait 80 000 places, j'aimerais qu'on puisse mettre au moins 30% minimum de spectateurs à titre expérimental", déclarait le dirigeant lors d'un déplacement à Aix-en-Provence mardi dernier. 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.