Chapecoense : Le club brésilien pleure la disparition de son président

Chapecoense : Le club brésilien pleure la disparition de son président©Media365
A lire aussi

Marie Mahé, Media365 : publié le jeudi 31 décembre 2020 à 11h20

Le club de Chapecoense, dont presque l'ensemble de l'effectif avait péri lors d'un crash le 28 novembre 2016, a annoncé le décès de son président, Paulo Ricardo Magro, des suites du coronavirus.



C'est un nouveau drame vécu par le tristement célèbre club de football de Chapecoense. En effet, dans la nuit de mercredi à jeudi, la formation brésilienne a annoncé le décès de son président, à savoir Paulo Ricardo Magro, des suites du coronavirus. Le dirigeant était à la tête du club depuis le mois d'août 2019. Sous ses ordres, la formation brésilienne était parvenue à jouer les premiers rôles en Serie B locale. De plus, grâce à lui, le club était même devenu plutôt stable, financièrement parlant. Via son compte Twitter officiel, Chapecoense a publié un long message rendant hommage à son président, accompagné de la légende suivante : « Merci beaucoup, Paulo. Président pour toujours », avec un cœur vert, couleur du club. Ce club brésilien est donc tristement devenu célèbre le 28 novembre 2016. Ce jour-là, alors que l'équipe se rendait en Colombie, depuis l'aéroport international de Viru Viru, à Santa Cruz de la Sierra en Bolivie, son avion s'était écrasé sur le site de la colline de Cerro Gordo, dans la commune de La Union, en Colombie, alors qu'il tentait de rejoindre l'aéroport international José-Maria-Cordova de Medellin en Colombie.

Seules six personnes avaient survécu au crash

Le bilan fut forcément particulièrement lourd, parmi les 68 passagers, et les neuf membres d'équipage, qui avaient pris place à bord, et presque l'ensemble de l'effectif de l'équipe première avait alors disparu. Au total, 19 joueurs avaient ainsi péri, 71 personnes en tout dont une lors de son transfert à l'hôpital, dans ce Vol LaMia 2933. Seules six personnes avaient survécu. Cet Avro RJ85 avait subi une panne de carburant et ce crash avait été causé par une mauvaise préparation ainsi qu'une mauvaise gestion de vol. De plus, l'enquête avait aussi révélé que les pilotes étaient mal formés lors de situations d'urgence, ce qui avait entraîné de multiples erreurs de pilotage, avant donc ce terrible accident.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.