Ligue des Champions (J5) : L'OM conjure le sort et renverse l'Olympiakos

Ligue des Champions (J5) : L'OM conjure le sort et renverse l'Olympiakos©Panoramic, Media365
A lire aussi

Emmanuel LANGELLIER, Media365, publié le mardi 01 décembre 2020 à 22h56

Après 13 défaites consécutives en Ligue des Champions, l'Olympique de Marseille a réagi mardi soir en dominant l'Olympiakos à l'Orange Vélodrome (2-1) grâce à un doublé de Payet sur penalty. La troisième place du groupe reste possible.



L'Olympique de Marseille a vaincu le signe indien en Ligue des Champions. Et il l'a fait au moment idoine pour se relancer dans la course à l'accessit pour la Ligue Europa. A l'occasion de la 5e journée de la compétition, et après 13 défaites d'affilée, les Phocéens ont pris le meilleur sur l'Olympiakos à domicile (2-1). Un succès qui s'est dessiné en seconde période à la faveur d'un doublé sur penalty inscrit par Dimitri Payet.

Un OM enfin séduisant

Pour briser la malédiction, les vice-champions de France ont donc eu besoin de ces coups de pieds arrêtés dans la surface. Mais, la victoire n'en est pas moins méritée, surtout que les Olympiens ont eu d'abord à courir derrière la marque une nouvelle fois. Au cœur de la première période, qui était pourtant équilibrée, ils s'étaient fait surprendre sur une belle frappe du Guinéen Mady Camara (33e, 0-1). Pour une fois, une réalisation adverse n'était pas la conséquence d'une erreur de leur part, mais d'une belle séquence de passes adverses.


A 0-1, les Marseillais auraient pu sombrer, comme ça leur est souvent arrivé lors des sorties continentales. N'ayant cependant absolument plus rien à perdre, ils se sont retroussés les manches pour aller chercher le résultat qu'ils convoitaient. En deuxième période, ils ont repris du poil de la bête, avec plus de mordant dans le jeu, de l'application dans les passes et ce souci de ne plus subir. Tous les ingrédients nécessaires à une révolte. Il n'a dès lors pas eu besoin d'attendre longtemps pour voir la défense hellène craquer.

Germain a raté la balle de break

A la 51e minute, Florian Thauvin a poussé les Grecs à la faute, en forçant le passage à l'entrée de la surface. Il a été stoppé irrégulièrement et le penalty était logique. Dimitri Payet l'a transformé avec succès, en plaçant un tir en pleine lucarne (1-1). Une vingtaine de minutes plus tard, suite à une main adverse dans le carré des 16 mètres 50, le Réunionnais a remis ça, avec une exécution similaire. C'était audacieux, mais c'est passé (2-1). Le symbole d'une réussite qui souriait enfin aux Olympiens, après leur avoir si longtemps tourné le dos.

Les hommes de Villas-Boas sont parvenus ensuite à préserver cet avantage. Au prix notamment d'un très beau sauvetage d'Alvaro Gonzalez à la 93e minute sur une volée de Pape Abou Cissé, les Marseillais ont composté les trois points. La victoire récoltée, bien que libératrice, ne faisait cependant pas totalement leur bonheur. Et pour cause ; il leur a manqué un but pour dépasser leur adversaire du jour au classement. Ce but qu'a notamment manqué de mettre Valère Germain à la 81e, en dévissant sa frappe. Avec le score de 2-1, l'OM reste donc certes en vie mais dépendant du résultat de l'Olympiakos à l'occasion de l'ultime journée. Afin de continuer à disputer l'Europe cette saison, il sera impératif de signer sur la pelouse de Manchester City un meilleur résultat que celui des Grecs face à Porto. C'est loin d'être une tâche aisée.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.