L1 : Barthez et Pauleta ont marqué Richert

L1 : Barthez et Pauleta ont marqué Richert©Panoramic, Media365
A lire aussi

Emmanuel LANGELLIER : publié le dimanche 28 février 2021 à 15h51

Quand l'ancien gardien de but de Toulouse, Bordeaux et Sochaux, Teddy Richert, replonge dans ses souvenirs, cela donne ça...



Teddy Richert, vous vous souvenez ? L'ancien gardien de but talentueux qui n'a peut-être pas eu la carrière qu'il méritait. Passé par Toulouse, Bordeaux, Lille et Sochaux, l'ex-dernier rempart a raccroché depuis neuf ans et encadre les gardiens de Montpellier depuis 2016. Il s'est penché sur ses souvenirs, dimanche dans L'Equipe, et cela constitue toujours l'occasion de se remémorer certains joueurs marquants ou peut-être oubliés pour ceux qui ont suivi le ballon rond à la fin des années 1990 et au début des années 2000.

« Pagis avait tout, il savait rendre meilleurs les joueurs autour de lui »

Aujourd'hui âgé de 46 ans, Richert explique qu'il a été marqué par deux partenaires : Fabien Barthez et Mickaël Pagis. « À mon poste, c'est Fabien (Barthez) quand il était encore au centre de formation à Toulouse. Quand je suis arrivé et que j'ai vu l'écart entre lui et moi, je me suis dit que je n'y arriverais jamais (rires). Il avait de telles qualités naturelles : explosivité, lecture du jeu, un pied gauche extraordinaire... Je me souviens de séances où l'on s'envoyait des ballons d'une surface à l'autre. Lui me trouvait à l'autre bout du terrain pratiquement sans rebond alors que moi, le ballon faisait quinze rebonds ! Mickaël Pagis, c'est le choix du coeur (il est le parrain d'un de ses enfants, ndlr) mais j'ai adoré aussi le joueur : buteur, pied droit, pied gauche, la tête... Beau à voir, avec le buste en avant, les épaules en arrière, il avait tout, il savait rendre meilleurs les joueurs autour de lui », rembobine celui qui a gardé la cage sochalienne de 2001 à 2012.


Richert sur Pauleta : « Tu rentrais à la maison, tu étais malade, tu te mettais au lit et tu dormais tout l'après-midi »

En tant que portier, Richert a dû faire face à la crème des attaquants du championnat de France. Mais, le plus fort qu'il ait eu à affronter s'appelle... Pedro Miguel Pauleta, côtoyé... à l'entraînement chez les Girondins. « Une qualité devant le but incroyable... Tu rentrais à la maison, tu étais malade, tu te mettais au lit et tu dormais tout l'après-midi, en rit maintenant Richert, appelé chez les Bleus en 2007 (sans jouer) et également marqué par Stéphane Guivarc'h. L'année de la Coupe du monde, il nous avait fait très mal avec Toulouse, j'avais pris un ou deux coups francs, quatre ou cinq buts sur les deux matches ». L'ancien buteur d'Auxerre avait en fait signé deux triplés.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.