Bleus : Galtier insiste pour Zidane après Deschamps, plutôt que... Galtier

Bleus : Galtier insiste pour Zidane après Deschamps, plutôt que... Galtier©Media365
A lire aussi

Thomas Siniecki : publié le jeudi 08 avril 2021 à 16h42

"Who else", pourrait dire George Clooney... C'est le message de Christophe Galtier à propos de l'avenir de l'équipe de France et de Zinedine Zidane, alors que le coach des Dogues était lui-même invité à s'inclure dans la discussion.



Alors que Christophe Galtier continue de surfer sur une vague de plus en plus positive, depuis la victoire du LOSC à Paris en fin de semaine dernière (0-1), nos confrères de l'AFP lui ont demandé s'il pouvait envisager à terme le poste de sélectionneur de l'équipe de France. Mais l'intéressé persiste et signe en faveur de Zinedine Zidane : "Je ne connais pas du tout ce rôle-là. Il est souvent, et je pense à juste titre, donné à des gens qui ont connu la sélection comme joueur. Je pense que le successeur de Didier Deschamps sera Zinedine Zidane, et ça doit l'être. Moi, je suis un vrai supporter de l'équipe de France, quel que soit le sélectionneur, et j'adore le drapeau bleu-blanc-rouge. Mais je ne me suis jamais projeté dans ce rôle-là..."

"Ce qui arrive se présente rarement, pour un joueur comme pour un entraîneur"

Il y a quelques semaines, en conférence de presse, l'entraîneur lillois avait déjà tenu un discours similaire à l'endroit de "Zizou". Si l'ancien technicien de l'ASSE précise aussi qu'il ne "restera pas sept ou huit ans à Lille", comme il avait pu le faire à Saint-Etienne, il indique que des discussions sur sa prolongation de contrat auront tout de même lieu en fin de saison, et que les rumeurs Nice ou Lyon sont fausses et renvoient à "quelques années en arrière, avec des méthodes de déstabilisation".


Face aux journalistes, il suggère enfin la perspective du titre avec une grande prudence : "La grande performance sera de jouer la Ligue des Champions, l'exceptionnelle serait d'être champion (...) Tout peut se jouer jusqu'à la fin, la dure bagarre vient de commencer. Les joueurs doivent être disponibles à 150%, personne ne peut-être au-dessus du club. Ce qui arrive se présente rarement dans une carrière, pour un joueur comme pour un entraîneur."

Vos réactions doivent respecter nos CGU.