Ligue des Champions (J2) : L'OM coule contre Manchester City

Ligue des Champions (J2) : L'OM coule contre Manchester City©Media365
A lire aussi

Rédaction , publié le mardi 27 octobre 2020 à 23h00

Ce mardi soir, dans le cadre de la 2eme journée de la phase de poules de la Ligue des Champions, l'OM s'est lourdement incliné contre Manchester City (0-3).



Et de 11 ! La série de défaites consécutives de l'OM en Ligue des Champions ne cesse de s'allonger. Et celle concédée ce mardi face à Manchester City ne souffre d'aucune contestation. Face aux vice-champions d'Angleterre, les Phocéens n'ont absolument rien montré de ce qui aurait pu leur éviter la défaite. Le résultat final reflète assez bien le déséquilibre net qu'il y avait sur le terrain.

Un OM sans idées et sans prétentions

Comme c'était le cas la semaine dernière face à l'Olympiakos, l'OM s'est présenté sur le terrain avec comme seul objectif d'éviter la défaite. Disposés en 3-4-3 par Villas-Boas, avec des lignes très resserrées, les locaux avaient comme plan de tenir le plus longtemps possible et miser éventuellement sur une occasion tombée du ciel pour créer l'exploit. Une prudence à l'excès parfaitement assumée, mais qui n'aurait peut-être pas été possible dans un Vélodrome plein.


Marseille n'a rien montré dans le jeu, et c'est bien dommage car City non plus n'a pas été flamboyant. Certes, les Eastlands ont eu la possession et le contrôle des débats, mais ils ont encore été assez amorphes offensivement jusqu'à l'ultime quart d'heure. Le bloc très bas des Olympiens pourrait l'expliquer, mais il fut un temps où cette formation savait parfaitement contourner ce genre d'obstacles et emballer rapidement dans la partie.

City n'était pourtant pas dans un grand jour

Les Sky Blues n'avaient rien de redoutable, et pour ouvrir la marque ils ont même dû compter sur une offrande marseillaise. A la 18e minute, une erreur de relance flagrante de Valentin Rongier a été profitable à Kevin De Bruyne, lequel a ensuite servi Ferran Torres sur un plateau (0-1). Cet écart minimal est ensuite resté de mise jusqu'à la 76e et le break assuré par Ilkay Gundogan (79e). Mais, entre-temps, Steve Mandanda n'a dû s'interposer qu'à deux reprises, contre respectivement Laporte (22e) et Gundogan (71e). Le capitaine marseillais a donc maintenu les siens dans le match, mais il a fini par lâcher prise. A la 81e minute, il cédait pour la troisième fois sur une reprise de près de Raheem Sterling.


L'OM a donc fini par voler en éclats. Mais, ce dénouement lui pendait au nez au regard de la pale copie qui a été proposée. Les Phocéens n'ont pas su se hisser à la hauteur du rendez-vous, et l'identité de l'adversaire n'est en rien une excuse à la production soporifique qu'ils ont livrée. Ce Marseille-là ne peut pas aspirer à autre chose que de faire de la figuration dans cette Ligue des Champions. Et dire que cela faisait sept ans que le club attendait de pouvoir disputer cette prestigieuse épreuve. Si c'est pour être aussi infâme, il aurait été mieux de rester en dehors de la cour des grands.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.