Bleus : Ce que va regretter Giroud

A lire aussi

Emmanuel LANGELLIER, Media365, publié le lundi 17 juin 2024 à 19h44

À 37 ans, Olivier Giroud ne jouera plus en équipe de France après l'Euro 2024. Cela va évidemment lui manquer...

Lundi soir, Olivier Giroud ne devrait pas débuter contre l'Autriche, sauf pépin de dernière minute. Pour l'entrée en lice de l'équipe de France à l'Euro 2024, Didier Deschamps devrait aligner une attaque composée d'Ousmane Dembélé, Kylian Mbappé et Marcus Thuram. Le meilleur buteur de l'histoire des Bleus avec ses 57 réalisations en 133 sélections observera le début de la rencontre depuis le banc des remplaçants au côté notamment de Bradley Barcola, Kingsley Coman et Randal Kolo Muani, avant peut-être d'entrer en jeu en seconde période.

Giroud : « Rassembler tous les Français, c'est magique »

A 37 ans, le numéro 9 dispute ses derniers matchs avec la sélection tricolore puisqu'il a décidé de prendre sa retraite internationale après le Championnat d'Europe. Giroud va aussi quitter l'Europe puisqu'après avoir choisi de ne pas prolonger à l'AC Milan, il rejoindra le Los Angeles FC aux Etats-Unis. Avant de rallier son nouveau pays, il espère remporter l'Euro pour la première fois après avoir raté le coche en 2016 (défaite 1-0 contre le Portugal). L'international français sait déjà ce qui va lui manquer le plus en ne portant plus la tunique bleue frappée du coq. « L'adrénaline des matchs, porter ce maillot et les mecs avec qui tu passes des semaines, parfois dans des endroits perdus, détaille-t-il avec le sourire dans les colonnes du Figaro, lundi. Ce maillot bleu, en ramener à la maison pour la famille, les amis, c'était ma vie pendant treize ans ! Le fait d'avoir tout un pays derrière toi, des millions de gens dans les rues, c'est tellement stimulant et surtout cela rend fier. Il n'y a que le football qui met les gens de tous horizons dans la rue pour fêter une même cause. Rassembler tous les Français, c'est magique. »

« Papa, je ne t'ai jamais vu pleurer »

Giroud avoue être déjà nostalgique du « vestiaire ». « L'odeur, les regards, les marques d'affection, les discours, l'adrénaline des avant-matchs... Chaque Marseillaise aura un goût particulier. Avant que je parte à l'Euro, ma fille m'a dit : " Papa, je ne t'ai jamais vu pleurer. " Je lui ai dit que c'était arrivé lors de la Coupe du Monde 2018, et au Qatar j'étais déçu. Je n'ai pas peur de pleurer ou de montrer mes émotions, cela fait partie de ma personnalité aussi », lâche l'ancien attaquant de Montpellier, Arsenal et Chelsea qui ne voudrait rien changer dans son histoire avec la sélection. « Rien du tout ! Il ne faut rien changer, confie-t-il. Ces dernières années, regardez toutes les finales de l'équipe de France (Euro 2016, Coupe du Monde 2022 et victoire en 2018), il faut quand même savourer et prendre conscience de ce qui est fait. C'est un âge d'or. Il ne faut surtout pas le galvauder, encore moins être rassasié. » Giroud souligne enfin qu'il ne se voit pas sélectionneur des Bleus un jour. « Non, je ne pense pas. Coach, c'est encore moins de temps pour toi, c'est encore pire que quand tu es joueur (rires). Ça va crier à la maison si je repars encore », sourit-il.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.