Williams, le bel élan

Shelden Williams monte en puissance à Chalon. (Maxppp)

Shelden Williams monte en puissance à Chalon. (Maxppp)

Chalon-sur-Saône se déplace à Berlin jeudi soir (dès 20h45) pour la deuxième journée du groupe B de l'Euroligue. Avec Shelden Williams, 361 matches NBA au compteur, dans ses bagages. Meilleur marqueur et rebondeur de son équipe à Poitiers (79-83) dimanche, le pivot américain est-il la bonne pioche de l'Elan ?

Du New Jersey à la Bourgogne, le choc aurait pu être brutal pour Shelden Williams. Mais personne ne lui a mis le couteau sous la gorge pour rejoindre cet été Chalon-sur-Saône, après six saisons en NBA. "C'est ma première à l'étranger mais je connais déjà la France en fait, j'ai déjà joué à Douai quand j'étais au lycée", confiait-il récemment à nos confrères de Carrément Sport. Pour un club comme l’Elan, même champion de France en titre, et pour un championnat comme la Pro A, voir ce pivot américain (28 ans, 2,06 m) débarquer paraissait irréel. Gregor Beugnot n’hésitait d’ailleurs pas, à l’heure de sa signature, à parler de "miracle".

Un miracle aux allures de pari puisque Shelden Williams, si prometteur du temps où il évoluait à l’université de Duke sous les ordres de l’actuel sélectionneur américain Mike Krzyzewski, a ensuite peiné à confirmer dans la grande ligue nord-américaine. Dans quel état et avec quelle motivation allait-il débarquer à Chalon ? Voilà la question que tout le monde s’est posée ce 28 août 2012, quand le club a confirmé sa venue. Une interrogation qui s’est répétée assez vite, lors de la préparation d’avant-saison, l’ancien intérieur des Nets ayant dû soigner une déchirure aux ischio-jambiers. Mais un mois et demi plus tard, les éléments de réponse sont plutôt positifs.

Généreux et rassurant

Si ses tous premiers pas en Pro A ont été hésitants contre l’Asvel (71-72), avec seulement 4 points et 6 rebonds en 22 minutes, Shelden Williams est depuis monté en puissance. Pour les débuts de l’Elan en Euroligue, la semaine passée contre Gdynia (81-74), il a ainsi signé 8 points et 6 rebonds avant, ce week-end à Poitiers (83-79), de terminer meilleur marqueur et rebondeur de son équipe (17 points à 7/8 aux tirs, 9 rebonds en 22 minutes). S’il continue sur cette lancée, jeudi soir pour le deuxième match de Chalon dans le groupe B, les partenaires de Blake Schilb pourraient bien en profiter pour réaliser un coup sur le parquet de l’Alba Berlin.

Une nouvelle performance de choix, qui plus est à ce niveau de compétition, permettrait à l’ex-joueur des Knicks de convaincre les sceptiques. "Il fallait juste un peu de patience pour qu’on apprenne à jouer avec lui", explique dans Le Journal de Saône-et-Loire Steed Tchicamboud. "N’oublions pas qu’il découvre le basket européen, reprend Gregor Beugnot. Après plusieurs saisons en NBA, il est frustré d’avoir perdu les fondamentaux qu’il avait acquis à Duke. Il y a encore une semaine, on ne parvenait pas à l’exploiter dans notre jeu. Ça manque encore de timing mais on a réussi aujourd’hui à amener le ballon à l’intérieur. On a eu une bonne alternance."

Au-delà de ce qu’il peut apporter sur le terrain, en termes de puissance sous le cercle et sur les pick’n rolls, Shelden Williams s’avère également être un modèle de joueur, impliqué aux entraînements et investi dans la vie de groupe. "C’est un bon joueur, mais pas que par rapport à ses performances. Je comprends pourquoi "Coach K” l’avait nommé capitaine à Duke, savourait récemment Gregor Beugnot. Il est très généreux et rassurant pour l’équipe. Il apporte de la continuité dans notre jeu sur le poste bas." Pour l’instant, Chalon-sur-Saône semble avoir réussi une bonne pioche. Pour atteindre le Top 16, son objectif déclaré en Euroligue, il faut que ça dure !