Euro : Les Bleus se méfient

Euro : Les Bleus se méfient©Media365
A lire aussi

Paul Rouget, Media365 : publié le vendredi 10 septembre 2021 à 10h32

Malgré leur première phase parfaite avec cinq victoires en cinq matchs, les champions olympiques français ne s'enflamment pas avant d'affronter les Tchèques en huitièmes de finale de l'Euro.



Une première phase parfaite. Un mois après leur sacre olympique de Tokyo, les volleyeurs tricolores ont bouclé jeudi soir la phase de poules de l'Euro avec un cinquième succès en autant de matchs, en dominant leur hôte estonien 3-0 (25-18, 25-17, 25-19). S'ils ont parfois pu tomber, un peu, dans la facilité, les hommes du nouveau sélectionneur brésilien Bernardo Rezende ont dominé tour à tour la Slovaquie, la Croatie, l'Allemagne, le seul adversaire à leur avoir pris un set, la Lettonie et donc l'Estonie. Mais les choses vont se corser dès lundi, avec un huitième de finale plus relevé face à la République tchèque, qui pourra compter sur un beau soutien populaire à Ostrava.

"C'était carrément l'objectif de terminer premiers de la poule, on savait que nous avions la poule la moins relevée du tournoi, maintenant, il va falloir être super vigilants, parce que la compétition va complètement changer dans quelques jours et on peut être surpris très vite, a confié le passeur Antoine Brizard sur le site de la FFVB. On va jouer contre de grosses équipes dans de grosses ambiances, donc il faut faire très attention. On n'a malheureusement pas eu de très gros matchs, à part contre l'Allemagne où c'était un peu tendu, on a l'impression parfois que nos adversaires partaient déjà battus avant de nous jouer en alignant leur équipe 2."

"Le match piège par excellence"

Il va donc falloir monter le curseur face à "une bonne équipe qui n'aura rien à perdre et jouera chez elle. C'est le match piège par excellence. Ce qui est positif, c'est qu'on n'a pas perdu d'énergie sur ce premier tour, on a aussi pu se préparer physiquement en travaillant en muscu, donc on se sent bien, il faut qu'on soit au top en huitièmes." Car les Bleus n'arrivent pas cramés puisqu'ils ont pu faire tourner. "Ça permet à tout le monde d'être concerné pour la suite et d'être prêt à jouer", apprécie encore Daryl Bultor.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.