Euro 2019 (H) : Les Serbes ont eu le dernier mot face aux Français

Euro 2019 (H) : Les Serbes ont eu le dernier mot face aux Français©Media365

Mathieu WARNIER, publié le vendredi 27 septembre 2019 à 23h34

Au terme d'un match accroché et conclu en cinq manches, la Serbie a dominé la France et se qualifie pour la finale de l'Euro 2019.

Les Bleus y ont cru jusqu'au bout. Mais dans un match où des détails ont fait la différence pendant les quatre premières manches et malgré un public de l'AccorHotels Arena qui n'a cessé de pousser, les joueurs de Laurent Tillie ont craqué au moment de conclure, offrant à la Serbie le billet pour la finale. Une demi-finale de championnat d'Europe à domicile que les Tricolores ont pourtant entamée de la meilleure des manières, faisant constamment la course en tête (5-8, 12-16, 17-21) sous l'impulsion d'Earvin Ngapeth (29 points dans le match) et Stephen Boyer (6 points chacun dans ce set). En à peine plus d'une demi-heure, les Bleus ont bouclé cette première manche (23-25). Froissés, les Serbes ont haussé le ton, remportant les quatre premiers points du deuxième set. Mais les coéquipiers de Julien Lyneel (6 points dans ce set) se sont accrochés et ont répondu du tac au tac pour égaliser mais ça n'a pas tenu plus longtemps.

Les Serbes ont longtemps contrôlé le match

Emmenés par Uros Kovacevic (6 points dans ce set) et Aleksandar Atanasijevic (5 points dans ce set), les joueurs de Slobodan Kovac ont compté jusqu'à huit points d'avance (8-6, 16-10, 21-16). Mais les Tricolores ont encore une fois montré qu'ils n'abandonnaient jamais et, enchaînant cinq points de suite, sont revenus à une longueur jusqu'à une faute de pied de Julien Lyneel (14 points dans ce match) au service qui offre la manche aux Italiens (25-23 en 29 minutes). Le début de la troisième manche a ressemblé furieusement à celui de la deuxième avec les Serbes qui ont immédiatement pris les devants face à des Bleus qui se sont battus pour rester à hauteur avant de passer timidement en tête. Aleksandar Atanasijevic a encore une fois pris ses responsabilités (8 points dans ce set) et grâce à une série de trois points, les Serbes ont repris le large avant de conclure la manche sur un 3-0 (25-21 en 35 minutes).

Les Bleus y ont cru avant de sombrer

Dos au mur comme jamais dans « leur » championnat d'Europe, les joueurs de Laurent Tillie, poussés par une AccorHotels Arena pleine et largement acquise à leur cause, ont accéléré. Un rythme revu à la hausse auquel les Serbes n'ont pas eu de réponse (5-8, 9-16, 13-21). Une quatrième manche à sens unique durant laquelle les Bleus ont eu jusqu'à neuf points d'avance avant d'emmener leurs adversaires au tiebreak en 23 minutes (17-25). Une dernière manche dont l'issue n'a rapidement plus fait de doute. L'inévitable Aleksandar Atanasijevic (6 points dans ce set, 27 au total) a mis au supplice une défense bleue sans solutions qui a concédé les cinq premiers points et n'a jamais trouvé les réponses aux problèmes posés par les Serbes qui n'ont jamais tremblé et ont scellé le sort de cette demi-finale à leur deuxième balle de match (15-7 en 16 minutes). Un succès qui permet aux Serbes de rejoindre la Slovénie en finale quand les Bleus retrouveront la Pologne, double championne du monde blessée et qui voudra terminer l'Euro sur une victoire.



Les marqueurs français : Earvin Ngapeth (29 points), Stephen Boyer (19), Julien Lyneel (14), Barthélémy Chinenyeze (4), Thibault Rossard (2), Kevin le Roux (2), Antoine Brizard (1), Nicolas Le Goff (1)

Les réactions des Bleus

Laurent Tillie (entraîneur de l'équipe de France)
« C'est une grosse déception, on s'est battus jusqu'au bout et on s'est écroulés sur le tie-break, le début du tie-break nous a tués, je ne comprends pas. Ils ont été beaucoup plus performants que nous en attaque, c'est dommage, parce qu'on a bien joué par moments... En tout cas, c'était un beau combat face à une très bonne équipe serbe dont on a vu la qualité de ses attaquants, il nous a manqué un peu de variété en attaque, on a trop joué aux ailes, il y avait surtout Earvin (Ngapeth) qui a été performant en attaque, il aurait fallu que Stephen (Boyer) le soit un peu plus, il aurait fallu qu'on trouve un peu plus nos centraux, qu'on serve mieux. On a aussi eu des problèmes aux troisième et quatrième sets au niveau du bloc/défense alors qu'on avait très bien commencé, ça nous a perturbés, on a un peu oublié le plan de jeu qu'on a retrouvé sur le quatrième, mais après, on était épuisés... Ils ont aussi un boc vraiment très fort, ils touchaient tous les ballons, on a été un peu étouffés. Maintenant, on a une médaille à aller chercher, mais je dois avouer que la tâche n'est pas facile, on va devoir battre les doubles champions du monde. »

Benjamin Toniutti (capitaine et passeur de l'équipe de France)
« On a affronté une équipe plus forte que celles qu'on avait jouées depuis le début, une équipe très complète qui nous a mis beaucoup de pression au service, ils méritent d'aller en finale, nous on est bien rentrés dans le match, mais on a raté quelques occasions, on a perdu un peu le fil du match, ça fait mal de perdre 3-2 en demi-finale de l'Euro à domicile. C'est une très, très grosse déception, on voulait jouer une finale à la maison, maintenant, on doit faire un gros match demain pour battre la Pologne qui, pour moi, même si elle a perdu jeudi, est l'équipe la plus forte en ce moment. On va essayer de ramener quelque chose de cet Euro, parce qu'on a beaucoup donné. »

Julien Lyneel (réceptionneur-attaquant de l'équipe de France)
« On est arrivés trop fort et ça nous échappe, on est hyper frustrés. On est tombés contre une équipe de Serbie qui fait partie des meilleures équipes du monde, ils sont très physiques, nous ont posé beaucoup de problèmes au bloc. Par moments, on n'a pas su trouver de solutions, il y avait malgré tout moyen de revenir dans le deuxième set, on n'y arrive pas, on revient bien dans le quatrième, mais le début du tie-break nous fracasse pour la suite. Ça fait mal, parce qu'on avait les armes, c'est le sport, on a ioué contre une équipe de Serbie qui méritait aussi d'aller en finale... Maintenant, il y a une belle médaille à aller chercher, contre le double champion du monde, ça va être un match compliqué. »

VOLLEY / CHAMPIONNAT D'EUROPE 2019 (H)
Du 12 au 30 septembre en France, Belgique, Slovénie et aux Pays-Bas

DEMI-FINALES
Jeudi 26 septembre (à Ljubljana)
Pologne - Slovénie : 1-3 (23-25, 26-24, 22-25, 23-25)

Vendredi 27 septembre (à Paris)
Serbie - France : 3-2 (23-25, 25-23, 25-21, 17-25, 15-7)

PETITE FINALE
Samedi 28 septembre (à Paris)
18h00 : Pologne - France

FINALE
Dimanche 29 septembre (à Paris)
17h30 : Slovénie - Serbie

Vos réactions doivent respecter nos CGU.