Bleus : Les confidences de Ngapeth avant le huitième de finale

Bleus : Les confidences de Ngapeth avant le huitième de finale©panoramic, Media365
A lire aussi

Guillaume Issner, Media365, publié le dimanche 04 septembre 2022 à 10h30

Earvin Ngapeth a fait le point sur les ambitions de l'équipe de France au Mondial 2022 avant son huitième de finale contre le Japon. La star du volley tricolore s'explique également sur les exigences plus importantes que ses coéquipiers, et lui-même, se fixent.



Auteure d'un sans-faute au premier tour du Mondial 2022 contre l'Allemagne (3-0), la Slovénie (3-2) et le Cameroun (3-0), l'équipe de France arpente lundi, en huitième de finale contre le Japon à Ljubljana, un nouveau chemin qu'elle veut ponctuer du seul titre majeur manquant à son palmarès. Earvin Ngapeth et ses coéquipiers entendent faire respecter le statut qu'ils se sont appropriés ces derniers mois en devenant champions olympiques, l'été dernier justement au Japon, puis en s'adjugeant la Ligue des Nations, au mois de juillet. « On n'a jamais fait un bon championnat du monde (meilleure campagne en 2002, troisième place), donc faire un podium serait bien. Mais le vrai objectif c'est d'être champion du monde », affirme la star du volley tricolore au Figaro.

Ngapeth : « On est nos propres ennemis »

Le réceptionneur-attaquant de Modène est bien conscient que son équipe peut se sublimer, mais aussi se barrer la route comme lors de l'Euro 2021, en sortant dès les huitièmes de finale face à la République tchèque. Un danger que les Bleus combattent au quotidien par « plus d'entrainement et d'exigence » envers eux-mêmes, avec le but annoncé par leur ancien sélectionneur, Bernardinho, et son successeur, Andrea Giani, de figurer dans le dernier carré de toutes les compétitions. « On joue un bon volley, on est prêt. Après, on est nos propres ennemis. Si on sort un peu de notre système sur le terrain, on se retrouve en difficulté. Mais si on fait notre jeu et qu'on dégage la même sérénité qu'en phase finale de la Ligue des Nations par exemple, on est capable de gagner contre tout le monde », s'explique Ngapeth. Les Bleus devront s'atteler à cette tâche dès lundi dans la peau du favori pour s'offrir un potentiel quart de finale face à l'Italie, qu'ils ont écartée fin juillet pour se hisser en finale de la Ligue des Nations.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.