Ngapeth : " C'était le moment de se rentrer dedans "

Ngapeth : " C'était le moment de se rentrer dedans "©Media365
A lire aussi

Aurélien CANOT, publié le mercredi 19 septembre 2018 à 11h38

Beau vainqueur du Canada, l'équipe de France a retrouvé des couleurs après sa désillusion de dimanche dernier face aux Pays-Bas. Elle a surtout conservé un espoir d'atteindre le troisième tour, ce qui était loin d'être le cas dimanche soir au sortir de cette nouvelle défaite au tie-break, contre les Néerlandais. Pour Earvin Ngapeth, la réunion improvisée de dimanche sur l'un des balcons de l'établissement est pour beaucoup dans ce réveil face aux Canadiens.

« Oui, ça été très important de se parler, c'est la première fois qu'on se réunit pour parler comme ça, soulignait le joueur vedette de la Team Yavbou en zone mixte mardi soir à Ruse. Parce qu'en fin de compte, on se connaît tous très bien, on joue ensemble depuis très très longtemps, avant c'était un avantage, maintenant, ça devient compliqué, parce qu'on ne se dit plus rien. Là, c'était le moment de se réunir pour se rentrer dedans mais aussi pour discuter, tout simplement. » De cette remise en question collective est notamment ressorti que l'équipe de Laurent Tillie avait beaucoup de mal à accepter que le scénario ne lui soit pas favorable face à des formations inférieures sur le papier. « La défaite contre la Hollande, c'est un problème d'humilité, pas d'humilité parce qu'on pense qu'on est les plus forts du monde, mais d'humilité parce qu'on n'accepte pas de souffrir contre des équipes censées être moins bonnes que nous. » Contre le Canada, les Bleus ont montré qu'ils avaient retenu la leçon. Et quand un set perdu face au Brésil ou aux Pays-Bas les avait immédiatement plongés dans le doute, il n'a cette fois pas enrayé leur belle mécanique.

Ngapeth : « Que de belles choses devant nous »


« On ne voulait plus tomber dans des pièges comme face aux Pays-Bas, on s'était dit que si on commençait à perdre ou que l'adversaire commençait à bien jouer, on devait l'accepter et continuer à garder la tête haute et à y croire. Aujourd'hui, c'est ce qui s'est passé : on perd le troisième set et on est restés soudés, et on a réussi à remporter trois points qui vont être cruciaux pour la suite. » Ngapeth estime en effet que la situation, certes pas simple, ne doit pas empêcher le double vainqueur de la Ligue Mondial de revoir ses ambitions à la baisse. Bien au contraire. Pour le réceptionneur-attaquant star de l'équipe, le coup reste plus que jamais jouable. « Je n'ai aucun doute, je sais qu'on peut faire de belles choses, mais il faut que ça vienne vite, parce que c'est dans trois jours, poursuit le numéro 9 des Bleus sur le site de la FFVB. On va à Varna mener trois batailles qui vont être très dures, mais je sais que nous pouvons encore augmenter notre niveau de jeu et mettre encore plus de folie dans nos matchs. Il faut rester positif, oublier cette poule, oublier les deux matchs que nous avons perdus et qui nous ont fait mal et voir l'avenir, il n'y a que des belles choses devant nous. » On ne demande qu'à le croire.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.