Ligue A (H) : Une grève pendant les fêtes ?

Ligue A (H) : Une grève pendant les fêtes ?©Media365

Aurélie SACCHELLI, Media365, publié le dimanche 21 novembre 2021 à 12h10

Alors qu’une journée de Ligue A est prévue le 29 décembre, une grande majorité de joueurs refusent de jouer, afin de préserver leur intégrité physique.

Depuis plusieurs saisons, la Ligue nationale de volley a décidé de programmer une journée de Ligue A entre Noël et Nouvel An, histoire d’animer la période des fêtes, comme le fait la LNR avec son « Boxing Day » ou la LNB avec son All Star Game. Mais cette année, la 14eme journée prévue le mercredi 29 décembre ne passe pas auprès des joueurs, et à leur très grande majorité, ils ne souhaitent pas jouer ce jour-là, comme ils l’annoncent dans L’Equipe. « Le but n’est pas de poser un ultimatum ni de faire grève. On veut d’abord discuter car on a le sentiment de n’être pas entendus par les instances dirigeantes. Mais si cela ne bouge pas, on ne jouera pas. C’est aussi simple que cela », prévient Yannick Bazin, joueur de Nantes-Rezé et président du syndicat des volleyeurs.

Cinq jours de coupure obligatoire pendant les fêtes

La journée précédente se déroulera le 18 décembre, mais Antonin Rouzier (Le Plessis-Robinson) estime que le laps de temps entre les deux journées est trop court, sachant que la règle veut que les joueurs bénéficient de cinq jours de repos d’affilée (comprenant au moins le 25 décembre ou le 1er janvier) pendant la période des fêtes. « Les équipes qui évoluent à l’extérieur ne rentreront que le 19 et derrière c’est tendu. Reprendre l’entrainement le 26 après une coupure, pour un match trois matchs plus tard, surtout quand tu dois te déplacer, ce n’est pas sérieux ni très respectueux », explique l’ancien international dans le quotidien sportif.

"Ne pas jouer le 29 décembre serait grotesque"

Du côté de la Ligue, le discours est bien différent. « Il y a un championnat dont tout le monde connait les dates depuis quatre mois. Ce n’est pas sérieux de s’en émouvoir le 15 novembre, estime le président de la LNV Yves Bouget. Ne pas jouer le 29 décembre serait grotesque et dommageable pour tout le monde. Ce conflit concerne les présidents de club car il s’agit d’une affaire de droit du travail : que les joueurs se retournent vers leurs employeurs. La responsabilité de la Ligue nationale, qui n’est que l’organisatrice du spectacle, n’est pas engagée sur ce point ». Voilà qui promet quelques semaines tendues au pays des champions olympiques…

Vos réactions doivent respecter nos CGU.