Ligue A (H) : Treize clubs sur quatorze souhaitent une saison blanche

Ligue A (H) : Treize clubs sur quatorze souhaitent une saison blanche©Media365
A lire aussi

Marie Mahé, publié le mardi 17 mars 2020 à 19h50

Ce mardi, via un communiqué, treize des quatorze clubs de la Ligue A masculine de volley ont annoncé souhaiter une saison blanche. Le titre 2020 ne serait alors pas attribué.

Après la Ligue Magnus de hockey sur glace, la Ligue A de volley masculin ? En raison de la pandémie de coronavirus qui progresse, treize des quatorze clubs de l'élite française, par la voix de leurs présidents respectifs, réclament une saison blanche. Ce mardi, ces dirigeants ont fait part de leur vœu commun, à travers un communiqué : « Devant le développement exponentiel de l'épidémie de Covid-19 qui prive le pays et le volley-ball professionnel de toute visibilité à moyen terme, les présidents des clubs de Ligue A masculine se sont réunis en urgence ce lundi. Conscients de leurs responsabilité humaines, sanitaires et citoyennes, ils demandent à l'unanimité que le comité directeur de la LNV décide ce jeudi 19 mars 2020 de l'arrêt définitif du Championnat de France 2019-2020. Ils ont convenu que le titre de champion de France ne serait pas attribué cette saison. » Seul un président n'a pas signé ce texte, en raison de sa double casquette. En effet, Alain Griguer, président de Nice, est aussi celui de la Ligue nationale de volley.

Ce serait une première depuis 1944

Pas de titre, pas de relégation ni de montée et les places pour les prochaines campagnes européennes seraient attribuées en fonction du classement actuel du championnat de France, arrêté à l'issue de la 24eme journée de la saison régulière. Leader, Tours irait en Ligue des Champions. Deuxième et troisième, Montpellier et Rennes disputeraient la Coupe de la CEV (C2), alors que Chaumont, quatrième, et Nantes-Rezé, cinquième, se retrouveraient en Challenge Cup (C3). La Ligue ne devrait pas s'y opposer, vue l'unanimité affichée des différents clubs, même si le dernier mot reviendra à son comité directeur. Une entente pas forcément évidente, si l'on se réfère notamment au haut du classement extrêmement serré puisque seulement deux petites unités séparent le leader du troisième, et par rapport à Rennes et aux tensions qui existent en raison des irrégularités financières reprochées au club breton. S'il n'y a pas de champion de France masculin de volley en 2020, il s'agira alors d'une grande première depuis 1944. Une autre époque.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.