Ligue A (H) : Les clubs dénoncent Rennes... qui se défend

Ligue A (H) : Les clubs dénoncent Rennes... qui se défend©Media365

Aurélie SACCHELLI, publié le mercredi 12 février 2020 à 19h23

Alors que Rennes est actuellement co-leader de Ligue A, malgré des problèmes financiers, dix autres clubs du championnat ont contesté la présence du club breton dans l'élite du volley français...qui s'est défendu.

Ce mardi, la Commission d'aide et de contrôle des clubs professionnels a décidé d'infliger trois points de pénalité au club de Rennes (plus un avec sursis) en raison de « communication d'informations inexactes » et « inobservation des décisions de la DNACG et rupture manifeste d'équité ». Le club breton est en proie à des problèmes financiers depuis de longs mois, mais cela ne l'empêche pas d'occuper, suite à cette sanction, la place de co-leader de Ligue A, à égalité avec Tours. Cette décision n'a pas du tout plu à dix équipes du championnat (Toulouse, Paris et Nice manquent à l'appel), qui ont décidé de publier un communiqué ce mercredi. « Il nous semble particulièrement inéquitable d'avoir laissé ce club participer au championnat de France, et désormais dangereux pour la crédibilité de notre championnat de prendre le risque de lui laisser la possibilité de participer aux play-offs et, d'éventuellement gagner cette compétition », écrivent-ils notamment. Quelques heures plus tard, le club breton leur a répondu.

Communiqué de dix clubs de Ligue A :
"Suite à la décision de la commission d'appel de la Fédération Française de Volley d'infliger 3 points de pénalités au club de Rennes, nous déclarons conjointement prendre acte de cette décision et en contester vivement la cohérence. Compte-tenu des différentes déclarations, parfois contradictoires, distillées par le club lui-même, il nous semble particulièrement inéquitable d'avoir laissé ce club participer au championnat de France, et désormais dangereux pour la crédibilité de notre championnat de prendre le risque de lui laisser la possibilité de participer aux play-offs et, d'éventuellement gagner cette compétition. Les informations qui sont connues de tous sur ces redressements URSSAF, mises aux Prudhommes, et dépassement de masse salariale encadrée, nous laissent à penser que ce club ne sera pas en mesure de participer au championnat la saison prochaine. Il nous paraît donc irréel de prendre le risque de laisser le Rennes Volley 35 participer aux phases finales de notre championnat. Le résultat serait catastrophique pour l'image du Volley-Ball. De surcroit, ce serait mépriser l'équité sportive qui devrait être de mise dans notre championnat. Tous les clubs ont été confrontés, un jour, à la DNACG et nous ne retrouvons pas, dans cette décision que nous jugeons tous injuste, la rigueur dont est sensée faire preuve cette institution. "
Signataires : Narbonne, Tours, Chaumont, Nantes-Rezé, Tourcoing, Ajaccio, Poitiers, Cannes, Sète, Montpellier.

Communiqué de Rennes (publié par Ouest France) :
Le Rennes Volley 35 a pris connaissance du communiqué de presse émanant de plusieurs présidents de club de Ligue A. Depuis plusieurs mois et suite aux différentes tentatives des autres clubs et du REC Volley amateur de faire éjecter de la Ligue A le Rennes Volley 35, notre club a été auditionné à trois reprises. Lors de ces auditions notre club a fourni l'intégralité des documents comptables. C'est donc avec une connaissance totale de la situation du club que la DNACG, organe indépendant, a finalement décidé de nous retirer 3 points fermes suite à un budget annoncé en avril 2018 et considérant les efforts de notre club à se mettre en conformité avec la réglementation. Les Présidents des clubs signataires de ce communiqué n'ont aucun accès aux éléments comptables qui ont permis à la DNACG de prendre sa décision. La gouvernance du RV35, à la tête de ce projet depuis octobre 2018, travaille sans relâche depuis cette date pour construire un club sain, fort et pérenne. Cette sanction n'est pas liée aux litiges URSSAF et Prudhommaux, en cours de règlement, qui ne sont pas considérés comme étant susceptibles de remettre en cause l'avenir du club. Ces litiges anciens et connus depuis de nombreuses années par le monde du Volley, ne dérangeaient aucunement les autres clubs tant que le RV35 oscillait entre la Ligue B et le bas de tableau de la ligue A. Leur posture de justicier est ridicule et c'est par pur intérêt qu'ils participent à cette cabale. Leur motivation étant de se débarrasser d'un club qui pour certains pourrait être un concurrent au titre ou pour d'autres de gagner une place possible en playoff. Prétendre que cette décision ternit l'image du Volley en utilisant de telles méthodes est d'une malhonnêteté intellectuelle affligeante et produit ce qu'elle dénonce."

Vos réactions doivent respecter nos CGU.